12 projets d’infrastructures sportives communales financés par la Région bruxelloise

Actualité
Piscine

Bruxelles, le 31 mars 2021 – En réponse à plusieurs interpellations, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois des infrastructures sportives communales, rappelle les politiques mises en œuvre pour améliorer l’offre communale en Région bruxelloise.

Le sport est un véritable enjeu sociétal. Vecteur de socialisation, de fédéralisation, d'éducation et de développement personnel, il participe à une bonne santé générale, stimule la confiance en soi et inculque un grand nombre de valeurs essentielles à la vie en société.

C’est pourquoi le sport suscite un intérêt toujours grandissant tant de la part des citoyens que des décideurs politiques.

Ainsi, l’ancien gouvernement avait annoncé le lancement d’un triennat d’un montant de 47 millions d’euros. Seulement, cette annonce faite juste avant la fin de la législature, n’a jamais pu être concrétisée, faute de moyens budgétaires.

Pour autant, le gouvernement actuel a depuis son entrée en fonction, débloqué près de 10 millions d’euros pour entamer et terminer la rénovation des terrains synthétiques.

Parallèlement, le gouvernement a lancé un appel à projets « Essor démographique » d’un montant de 60 millions d’euros. Lancé en juin 2020, 71 projets ont été rentrés par les communes. Parmi ceux-ci, on dénombre 12 qui concernent directement les infrastructures sportives communales : une salle de sport à Neerpede à Anderlecht, une autre à Molenbeek, la rénovation de la piscine Victor Boin à Saint-Gilles ou celle du Neptunium à Schaerbeek, la modernisation des sites sportifs du Terdelt et de Wahis à Schaerbeek, le système de ventilation de la piscine du Sportcity à Woluwe-Saint-Pierre ou encore la rénovation de la piste d’athlétisme du stade Fallon à Woluwe-Saint-Lambert.

« Le sport a toujours été une priorité. Et à l’avenir, nous continuerons à investir dans le sport au bénéficie des citoyens. Parce que le sport est un outil d'intégration privilégié qui porte en lui des valeurs fortes de respect, de tolérance et d'effort. Parce que la pratique du sport, qu’il soit collectif ou individuel, doit devenir un droit pour tous les citoyens », plaide le Ministre bruxellois.

De plus, si on analyse l’ensemble des montants financiers régionaux transféré aux communes et qui peuvent servir à financer des infrastructures sportives communales, on aperçoit que ces montants n’ont pas été diminués. La dotation générale aux communes a été revalorisée et est indexée tous les ans. Mais l’autonomie communale, principe ancré dans la Constitution, permet aux communes d’opérer des choix et de fixer elles-mêmes leurs priorités quant aux chantiers à mener.

Reste que le sport est une compétence extrêmement éclatée entre la Fédération Wallonie-Bruxelles, la COCOF, toutes deux compétentes pour les clubs de sport, et la Région bruxelloise, compétente uniquement pour les infrastructures sportive communales.« Améliorer les politiques dans le secteur du sport amènera-t-il à repenser la gestion de cette compétence ? J’en appelle à regrouper les compétences liés au sport à un seul et même niveau de pouvoir. Prenons le contrepied de la dernière réforme de l’Etat qui s’est bornée à maintenir l’éclatement de cette compétence sur le territoire de la Région bruxelloise », conclut Bernard Clerfayt. A suivre…