Combattre la discrimination à l’embauche

Actualité
Appel à projet de la Région de Bruxelles-Capitale pour lutter contre la discrimination à l'embauche

« La diversité en entreprise n’est pas encore la norme. Le monde économique s’écarte parfois difficilement du piège des préjugés face à la différence. Prendre en compte la réalité de la diversité nécessite donc un travail essentiel, pour encourager les talents et donner les mêmes chances à chacun.», observe Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi.

La Région bruxelloise lance un appel à projets d’un montant de 750.000 € pour lutter contre la discrimination à l’embauche.

Le Ministre de l’Emploi estime que la discrimination à l’embauche ne peut rester une fatalité : « ce nouvel appel à projets a pour objectif de promouvoir la diversité, d’en faire une richesse pour l’entreprise. Pour faire en sorte que les Bruxellois puissent accéder, sans discrimination, au marché de l’emploi ».

Les identités et les différences sont encore trop souvent stigmatisées. Genre, origine, âge, handicap, orientation sexuelle, nombreux sont les déterminants dans les processus qui mènent à la discrimination à l’embauche.

D’emblée, des mécanismes de discrimination écartent des personnes de talent des procédures d’embauche. À compétences égales, tout le monde n’a pas les mêmes chances d’accéder à l’emploi.

Thématique et modalités

Pour cette édition, une thématique spécifique a été choisie : l’âge. Que l’on soit trop jeune ou trop âgé, l’âge reste un obstacle majeur pour accéder au marché de l’emploi.

Les porteurs de projets ont jusqu’au 31 mars prochain pour déposer leur dossier.

Toutes les infos sont disponibles sur le site de Bruxelles Economie Emploi

Ceci pourrait aussi vous intéresser:

750.000 € pour lutter contre la discrimination à l’embauche

Communiqué de presse

Sexe, origine, âge, handicap, orientation sexuelle… Il existe de nombreux critères de discrimination à l’embauche. Pour offrir à tous les Bruxellois, à compétences égales, les mêmes chances d’accéder à l’emploi, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi, lance un appel à projets d’un montant de 750.000 €.

En Région bruxelloise, tout le monde n’a pas les mêmes chances d’accéder à l’emploi. Pourtant, la discrimination à l’embauche n’est pas une fatalité.

Pour lutter contre celle-ci et promouvoir la diversité sur le marché de l’emploi, la Région bruxelloise lance un appel à projets d’un montant de 750.000 €. Pour cette édition, une thématique spécifique a été choisie, l’âge. Que l’on soit trop jeune ou trop âgé, l’âge reste un obstacle majeur pour accéder au marché de l’emploi.

« La diversité en entreprise, ce n’est pas encore la norme. Le monde économique succombe trop souvent, de manière consciente ou inconsciente, à la tentation du rejet de la différence. La diversité nécessite donc du travail, parfois beaucoup de travail. Mais ce travail est essentiel pour encourager les talents et donner les mêmes chances à chacun. Ce nouvel appel à projets a pour objectif de promouvoir la diversité afin d’en faire une richesse pour l’entreprise. Pour faire en sorte que tous les Bruxellois puissent accéder, sans discrimination, au marché de l’emploi », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi.

Les porteurs de projets ont jusqu’au 31 mars  prochain pour déposer leur dossier.

Toutes les infos sont disponibles sur le site de Bruxelles Economie Emploi

Plus d’infos ?
Pauline Lorbat – 0485 89 47 45

Sommet Social 2021

Actualité
Sommet social 2021 en Région de Bruxelles-Capitale

Le Sommet social de la Région de Bruxelles-Capitale s’est déroulé ce mercredi 24 février. Le ministre Bernard Clerfayt s’y est félicité de l’esprit constructif des échanges. Voici quelques points importants de l’intervention du Ministre.

Face à la crise, nous disposons des outils pour accompagner et former

Il a rappelé les moyens mis sur la table par le gouvernement bruxellois, en mesures d’accompagnement pour les chercheurs d’emploi, comme en matière de formation. Moyens qui sont rendus opérationnels grâce à la contribution des partenaires sociaux.

La Région peut faire face aux conséquences de cette crise. Les instruments sont en place. Et les partenaires sociaux y sont associés.

Orienter les politiques pour qu’elles bénéficient aux chercheurs d’emploi bruxellois

Nous devons orienter nos politiques économiques pour que nos efforts d’aujourd’hui profitent aux chercheurs d’emploi bruxellois. Les intervenants l’ont rappelé, pour tous les Bruxellois qui n’accèdent pas à l’emploi, il y a risque de précarité. C’est pourquoi notre point d’attention doit rester la part de Bruxellois qui accèdent à l’emploi relativement à la masse d’emplois créés sur le territoire régional. Nous constatons un déficit de ce point de vue.

Ce point est vital pour la relance de la Région à court et à plus long terme. Car nos chercheurs d’emplois sont encore proportionnellement trop peu nombreux à accéder aux emplois créés en Région bruxelloise.

Appel à une contribution concertée des partenaires sociaux

Le ministre de l’Emploi et de la Formation a rappelé aussi combien il tenait au travail réalisé avec les partenaires sociaux qui contribuent dans tous les instruments régionaux de la politique de l’emploi et de la formation : Actiris, Bruxelles Formation, les Pôles Formation-Emploi. Ces derniers seront mis en place dans tous les secteurs, tels qu’ils ont été définis dans la déclaration de politique régionale.

Bernard Clerfayt a déclaré rester à l’écoute de toutes les remarques et suggestions qui sont faites le cadre de ce Sommet social, et surtout pour la suite, pour la mise en œuvre des moyens alloués pour renforcer nos outils d’accompagnement et de formation.

Les indispensables : les langues et le numérique

Enfin, il a insisté sur le renforcement des compétences de base pour les Bruxellois moins qualifiés. Dans tous les métiers, la maîtrise de la première langue, et mieux encore, l’apprentissage d’une deuxième langue est indispensable. Il en va de même pour les compétences digitales. Elles deviennent la clé pour l’accès à l’emploi, même pour les emplois peu qualifiés.

Sommet social en Région bruxelloise

Extrait de presse
Article du Soir "Que les partenaires sociaux viennent avec de propositions convergeantes au sommet social

Extraits de l'article paru sur lesoir.be

Réagissant aux propos de la secrétaire générale de la FGTB bruxelloise, le ministre bruxellois de l’Emploi estime que c’est aux représentants du patronat et des travailleurs de prendre leurs responsabilités s’ils veulent peser sur la relance.

[…] « Pour qu’il y ait une grand-messe, il faudrait déjà qu’il y ait une communion et que les partenaires sociaux viennent avec des propositions conjointes à émettre au gouvernement. Si chacun vient exposer son petit point de vue, on n’avancera pas », rétorque déjà Bernard Clerfayt. « Estelle Ceulemans a raison de dire que si on ne pouvait rien changer, ce serait trop tard. Mais c’est faux. Certes, on ne peut pas repartir de zéro car il y a des délais à respecter pour la soumission du plan de relance à la Commission européenne, mais je veux dire aussi que les partenaires sociaux ont des organes de concertation en Région bruxelloise. Rien ne les aurait empêchés de travailler depuis octobre à des propositions conjointes. Si chacun demain expose son avis et qu’on ne va pas vers des propositions convergentes, on n’aboutira jamais à rien. »

Lire l'article du Soir (abonnés)

Remise des labels diversité

Extrait de presse
Vingt-cinq employeurs bruxellois récompensés pour leur politique de diversité

Extrait de l'article paru sur rtbf.be

[…] Vingt-cinq employeurs bruxellois ont été récompensés vendredi par Actiris pour leur politique de promotion de la diversité au sein de leur société. La cérémonie de cette 12e édition des Labels diversité a eu lieu en ligne.

"La diversité des profils est une force dans le monde de l'entreprise. Dans des périodes comme celle que nous traversons, cette diversité renforce la résilience de notre économie", note Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l'Emploi. […]

La prime indépendant boostée

Extrait de presse
Prime indépendant augmentée

Extrait de l'article publié par La Capitale

Sur proposition de Bernard Clerfayt (DéFI), ministre bruxellois de l’Emploi, le gouvernement a marqué son accord en 3 ème lecture sur le renforcement de la prime indépendant. Rétroactive au 1er septembre 2020, la prime atteint maintenant 4.750€ sur six mois, contre 4.000€ auparavant, pour motiver les chercheurs d’emploi bruxellois à se lancer dans l’entreprenariat. « En période de crise, l’initiative entrepreneuriale est de première nécessité pour relancer l’emploi. Sans cet esprit entrepreneurial, il n’y a pas d’entreprises, pas de stimulation de l’économie bruxelloise et donc pas de création d’emploi », explique Bernard Clerfayt.

La prime indépendant renforcée

Actualité
Augmentation de la prime indépendant en Région de Bruxelles-Capitale

Rétroactive au 1er septembre 2020, la prime indépendant a été augmentée pour atteindre 4.750€. De plus, l’exclusion des chercheurs d’emploi ayant été indépendants durant deux ans auparavant, a été levée.

La prime indépendant, un soutien aux chercheurs d’emploi qui lancent leur activité

La prime indépendant boostée est accessible à tous les chercheurs d’emploi bruxellois inscrits chez Actiris qui se lancent leur activité entre le 1er septembre 2020 et le 31 décembre 2021. 

Les montants mensuels octroyés aux chercheurs d’emploi devenant indépendants sont donc augmentés. Au total, le chercheur d’emploi bénéficiera d’un montant de 4.750€ sur 6 mois :

  • 1.250 € le premier mois
  • 1000 € le deuxième mois
  • 750 € les troisième et quatrième mois (au lieu de 500 le quatrième mois)
  • 500 € les cinquième et sixième mois (au lieu de 250€ les cinquième et sixième mois)

L'encadrement du projet est indispensable

Lancer son activité d’indépendant peut être une solution pour créer son emploi. Cependant, il n’est pas toujours évident d’oser se lancer dans l’aventure, surtout lorsque le contexte économique est morose.

C’est pourquoi les conditions d’encadrement des candidats à la prime indépendant restent strictes pour éviter aux chercheurs d’emploi de mauvais choix qui hypothèqueraient le démarrage de l’activité.

Pour Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi, la faisabilité du projet doit être vérifiée. « Pour en bénéficier le chercheur d’emploi doit être accompagné et suivi par une structure reconnue. Le projet entrepreneurial doit être validé et fondé sur des bases solides. La prime vient donc en soutien d’un arsenal de mesures d’accompagnement à la création de son emploi ».

En savoir plus :

D'autres actualités emploi et formation pourraient vous intéresser :