Formations pour travailleurs en chômage temporaire

Actualité
Formations pour travailleurs en chômage temporaire

Pour les travailleurs en chômage temporaire, de nombreuses formations gratuites permettent de se préparer à la reprise avec des atouts supplémentaires.

Tous les Bruxellois en chômage temporaire peuvent suivre une formation en néerlandais auprès du VDAB ou en français chez Bruxelles Formation

Les travailleurs en chômage temporaire peuvent se former dans leur secteur

Beaucoup de secteurs disposent de leur centre de formation. Les nouveaux Pôles Formation Emploi et le Centre de Référence Horeca Be Pro offrent aussi des formations pour travailleurs en chômage temporaire :

Compétences linguistiques

Avec les chèques-langues d'Actiris, vous pouvez prendre des cours de langue gratuitement. Vous pouvez également télécharger l'application Brulingua et progresser grâce à de courts exercices adaptés à votre niveau. 

Le VDAB propose différentes formations pour améliorer vos compétences linguistiques et informatiques. Vous voulez suivre une formation en néerlandais mais vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Contactez le VDAB au 0800.30.700 afin de vérifier que vous remplissez bien les conditions pour bénéficier d'un remboursement de vos frais d'inscription à une formation.

Compétences numériques

Vous pouvez suivre gratuitement des cours aux grâce aux chèques-TIC d'Actiris. Vous pouvez également vous rendre directement sur PC-Skills.brussels. Vous devez au préalable être inscrit chez Actiris.

La Cité des métiers pour s'orienter

La Cité des Métiers de Bruxelles peut aider les travailleurs en chômage temporaire et répondre à leurs questions concernant l'orientation, la formation et les études, l’emploi, la mobilité et la création d'activité. Le plus simple est de les contacter par Email : info@cdm-bp.brussels, ou via leur page facebook.

Pour une évaluation permanente des parcours de retour à l'emploi

Extrait de presse
Bruxelles veut cerner les compétences numériques et linguistiques de ses demandeurs d'emploi

Extrait de l'article publié par l'Écho

[…] La mission de Bernard Clerfayt est d'utiliser au mieux les 85 millions dévolus à l'emploi et la formation, soit 22% de l'enveloppe européenne pour la Région-Capitale. Il n'est pas question de réinventer la roue, mais de s'attaquer, encore et toujours, au fameux paradoxe bruxellois. À savoir que le premier bassin d'emploi du pays est aussi la région qui affiche le taux de chômage le plus élevé, en raison d'une inadéquation entre un marché de l'emploi exigeant et une fraction des demandeurs d'emplois faiblement qualifiée. "La crise ne fait qu'accroître cette tendance. On a encore plus besoin de renforcer les compétences."

[…] "À ce jour, 17,5% des personnes inscrites chez Actiris ne comprennent pas la langue dans laquelle leur dossier est rédigé. Or, on a tendance à engager des gens qui comprennent les consignes... Au-delà du fait que l'on recherche des webmasters, des ingénieurs informaticiens, etc., l'usage d'outils numériques devient crucial même pour les métiers faciles d'accès. Par exemple, des sociétés de titres-service développent des solutions digitales pour organiser les tournées. C'est aussi nécessaire pour travailler dans un commerce vu l'essor de la vente en ligne", considère Bernard Clerfayt.

[…] "Des modules de tests vont permettre de classer tous les demandeurs d'emploi sur base d'un référentiel commun en langue et en numérique, avant de s'inscrire en formation. Beaucoup de gens déclarent à Actiris des compétences qui ne sont pas objectivées, ce qui n'aide pas à les placer. Les recruteurs feront ainsi davantage confiance aux informations communiquées par Actiris."

[…] "Pour les mamans seules, la gestion des enfants est un handicap à la recherche active d'un travail ou au suivi d'une formation, préalable indispensable à un emploi stable avec des conditions compatibles avec la vie de famille."

[…] "Au lieu d'évaluer tous les trois ans une mesure via une étude universitaire, je veux une évaluation permanente des politiques de retours à l'emploi"

[…]

Lire l'article sur le site de l'Écho

 

Renolution permettra la création de milliers d'emplois

Actualité
Renolution : une stratégie de rénovation du bâti et une opportunité pour l'emploi en Région de Bruxelles-Capitale

D’ici 2024, ce sont plus de 350 millions d’euros publics qui seront investis dans la Stratégie Rénovation via des mesures de soutien pour toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois ! Cette stratégie Rénovation nous l’appelons désormais : la RENOLUTION ! Renolution est aussi une opportunité pour la création de milliers d'emplois.

Renolution.brussels, une révolution énergétique du bâti

Pour atteindre ses objectifs climatiques ambitieux, le Gouvernement bruxellois lance une alliance publique et privée pour le climat, pour l’emploi et pour alléger les factures énergétiques des Bruxelloises et des Bruxellois.

Dans le cadre de cette alliance, l’ensemble des acteurs travailleront ensemble pour concevoir, évaluer et faire évoluer les outils pour soutenir la RENOLUTION du bâti et en faire une opportunité environnementale, économique et sociale pour Bruxelles.

La Région bruxelloise s’est engagée, dans son Plan Energie-Climat, à approcher la neutralité carbone en 2050. Or, plus de la moitié des émissions bruxelloises de gaz à effet de serre proviennent de la consommation énergétique des bâtiments.

La Région a donc adopté sous la précédente législature une ambitieuse Stratégie de rénovation du bâti, mobilisant l’ensemble des outils publics, mais aussi privés. Cette RENOLUTION a pour objectif d’atteindre un niveau moyen de performance énergétique de 100kWh/m2/an pour les logements bruxellois et la neutralité énergétique des bâtiments tertiaires en 2050, soit une consommation moyenne divisée par 3 ou 4 par rapport à la situation actuelle. Sa mise en œuvre a démarré et elle va progressivement prendre de l’ampleur.

Renolution, c'est aussi la création de milliers d'emplois

« La stratégie de rénovation du bâti, en exigeant de renforcer les performances énergétiques des bâtiments, va permettre non seulement de maintenir l’emploi mais également d’en créer plusieurs milliers d’autres, tout en induisant des effets positifs sur l’économie bruxelloise. Cette stratégie demandera donc à la fois des professionnels bien formés et plus nombreux. On compte d’ailleurs, au mois de mars dernier, 4.980 chercheurs d’emploi bruxellois à la recherche d’un emploi dans le secteur de la construction. La stratégie de rénovation devrait leur permettre, peut-être moyennant une formation, de réintégrer prochainement le marché de l’emploi. C’est pourquoi, sous cette législature, nous inaugurerons un Pôle Formation-Emploi dédié aux métiers de la construction. Déjà baptisé Construcity.brussels, ce Pôle sera le trait d’union entre les services publics d’emploi et de formation, d’une part, et le secteur de la construction, d’autre part. L’objectif est de former non seulement les chercheurs d’emploi et les jeunes en alternance mais également les professionnels aux dernières techniques, et notamment celles du bâtiment durable. Construcity, ce n’est que du gagnant-gagnant ! » a déclaré Bernard Clerfayt, Ministre de l'Emploi et de la formation.

C’est un défi gigantesque et les pouvoirs publics souhaitent mobiliser toutes les forces vives pour y répondre ambitieusement. C’est aussi une opportunité dont Bruxelles doit récolter les fruits. La Région bruxelloise s’allie donc avec le secteur de la construction, le secteur financier, le secteur associatif et les interlocuteurs sociaux pour mettre en œuvre, tous ensemble, des solutions efficaces. RENOLUTION  exige une collaboration réunissant tous les secteurs privés et publics concernés par la rénovation énergétique du bâti bruxellois. Tous les enjeux de la rénovation y seront abordés : financement et fiscalité, simplification administrative et urbanistique, accompagnement, durabilité et économie circulaire, patrimoine et qualité architecturale, qualification des corps de métier, innovation, transition solidaire. Il est clair que cette dynamique suppose la formation des travailleurs aux nouvelles techniques de construction et à terme ce sont des milliers d'emplois qui sont concernés.

Le Gouvernement continuera donc à investir dans la formation des Bruxelloises et des Bruxellois aux métiers de la rénovation. La collaboration entre le secteur public et le secteur de la construction pour stimuler la formation et l’emploi est l’un des enjeux prioritaires de RENOLUTION. Construcity.Brussels, le Pôle Formation Emploi Construction sera officiellement créé avant l’été.

Une étude menée par Bruxelles Environnement estime d’ailleurs que les budgets prévus par cette RENOLUTION devraient mener à la création d’environ 8.000 emplois non-délocalisable à terme. Il est donc primordial de travailler avec le secteur pour qu’il puisse disposer de cette main d’œuvre à Bruxelles.

La simplification de l'accès aux primes est une étape indispensable

La RENOLUTION prévoit de premières obligations de rénovation à concrétiser dès 2030. Mais la Région ne prendra personne de court et mettra en place, en priorité, toutes les mesures de soutien et d’accompagnement pour que les candidats à la rénovation puissent anticiper. La mise en œuvre de cette mesure sera soigneusement étudiée : une attention toute particulière sera apportée au risque d’augmentation des prix de l’immobilier, un mécanisme de préfinancement sera préservé et renforcé; les revenus et le patrimoine des ménages seront pris en considération tant au regard des primes accordées que des travaux visés, etc. Ainsi la Région œuvre-t-elle à la mise en place d’une réforme globale du système des primes à la rénovation de l’habitat, des primes à l’embellissement des façades et des primes énergie, visant à simplifier davantage l’accès aux primes pour les Bruxelloises et Bruxellois.

Plus de 350 millions d’euros sont prévus d’ici 2024, et un guichet unique pour toutes les démarches

Le Gouvernement souhaite maintenir cette ambition et soutenir l’ensemble des Bruxelloises et des Bruxellois désireux de rénover leur bien. Il renforcera massivement l’accompagnement et les aides financières, en évoluant vers un guichet unique pour toutes les démarches de rénovation. Pour les citoyens, Homegrade fera office de référence. Plus de 350 millions d’euros sont prévus d’ici 2024 au budget pluriannuel du Gouvernement pour les différentes aides financière et outils d’accompagnement. Un budget qui augmentera d’année en année tout au long de la législature. Un geste fort à destination de tous ceux qui rénovent.

Dès le début de 2022, les primes à la rénovation et les primes énergie seront unifiées pour les propriétaires occupants. Ces primes à la rénovation « réformées » seront ensuite, sous certaines conditions, rendues accessibles aux propriétaires bailleurs, qui n’ont aujourd’hui accès qu’aux primes énergie.

Grâce à ces moyens, en 2021, le Gouvernement lancera aussi :

  • Pour les copropriétés – 55 % des logements bruxellois sont concernés : un accompagnement sur mesure, vu les spécificités des copropriétés
  • Pour les pouvoirs publics régionaux et communaux : RénoClick,un programme d’accompagnement et de financement, en collaboration entre Bruxelles Environnement et Sibelga ;
  • Le Renolab, qui permettra de tester des solutions innovantes d’accompagnement, de financement, des techniques de rénovation plus efficaces à Bruxelles, ... Place à l’innovation, indispensable pour atteindre les objectifs.

Vingt-cinq entreprises bruxelloises obtiennent le "Label Diversité" d'Actiris

Extrait de presse

Extrait de l'article de La Libre

Depuis 2010, Actiris, l’organisme régional chargé de la politique de l’emploi en Région de Bruxelles-Capitale, remet un "Label Diversité". Ce prix est décerné aux employeurs qui mettent en place avec Actiris des actions concrètes pour promouvoir la diversité et lutter contre les discriminations au sein de leur entreprise. De plus en plus d'employeurs engagés.

"La diversité des profils est une force dans le monde de l’entreprise. Dans les périodes comme celle que nous traversons, cette diversité renforce la résilience de notre économie", a souligné, lors de la remise des prix, le ministre de l’Emploi de la Région de Bruxelles-Capitale, Bernard Clerfayt.

Rénovation des bâtiments : une nouvelle formation pour relancer l'emploi

Communiqué de presse
350 millions d'euros pour rénover proprement Bruxelles

Extrait de l'article publié par L'Écho

[…]

Un nouveau centre de formation
Pour Bernard Clerfayt (DéFI), le ministre en charge de l’Emploi et de la Formation, cette stratégie va permettre de maintenir et développer l’emploi, dans la construction bien sûr, mais pas seulement. «Ce plan réclame des professionnels qui connaissent certaines techniques. On va inaugurer, sous cette législature, un pôle de formation pour le secteur de la construction», a-t-il annoncé. «Cette même stratégie va être menée dans d’autres pays, on va donc moins recourir à de la main-d’oeuvre étrangère. Il est essentiel de former les
Bruxellois.»

[…]

Formation intensive pour entrepreneurs

Extrait de presse
La "star academy" des entrepreneurs

Extrait de l'article de la Dernière Heure

[…] Face à la crise sanitaire et à ses conséquences sur le marché de l’emploi, BeCentral, Google, Bruxelles Formation et BeAngels s’associent pour le lancement d’une formation intensive : “We are founders ”.

[…] Cinquante candidats seront sélectionnés pour une formation intensive de neuf mois. L’objectif : faciliter le passage d’un concept commercial à une entreprise capable de voler de ses propres ailes. Le profil recherché ? Il n’y en a pas. Le seul prérequis : présenter une bonne idée, qui mérite d’être creusée. “Ce ne doit pas être une énième école à destination des jeunes des beaux quartier s ” , résume Bernard Clerfayt (Défi), ministre bruxellois à la Transition numérique.

[…]

Relance économique

Extrait de presse
Relancer sa Start-up en 9 mois

Extrait d'un article de La Libre du 27 avril

[…] C’est dans ce contexte, où la société belge combat le virus tout en cherchant à relancer l’économie, que s’inscrit l’initiative “We are founders”. Dévoilée hier, elle associe un géant de l’Internet (Google), le plus grand campus numérique d’Europe (BeCentral), le premier réseau d’investisseurs privés en Belgique francophone (BeAngels) et un service public de la formation professionnelle (Bruxelles Formation). Ce quatuor privé-public veut contribuer, à sa façon, à la relance en stimulant l’entrepreneuriat. Mais, comme le souligne Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de la Transition numérique (Défi), “être entrepreneur, cela ne s’improvise pas” ! Passer d’une bonne idée à une start-up viable, ça s’apprend. […]