La campagne de vaccination coûte

La campagne de vaccination coûte, le budget doit être augmenté

Extraits de l'article publié par La Capitale

[…] «L’estimation des frais liés à la vaccination qui a été réalisée lors de l’établissement du budget initial 2021 de la Cocom s’est révélée insuffisante », a expliqué le ministre bruxellois Bernard Clerfayt (DéFI), membre du Collège réuni de la Cocom chargé des Finances et du Budget, devant les députés en commission des affaires bicommunautaires générales.

[…] La stratégie de vaccination approuvée par le collège réuni le 11 mars 2021, sur base des dernières données,
prévoit un coût total de 124,321 millions d’euros

[…] Bernard Clerfayt a présenté donc présenté un projet d’ordonnance pour demander aux députés de valider la demande de 60.227.000 euros supplémentaires pour permettre à la campagne de vaccination de se poursuivre.

[…] Si la Cocom doit avancer les 124 millions, le remboursera une partie. « 80 % devraient être à termes couverts par le fédéral (99,5 millions) et 20 % par la Cocom (25 millions). Ce n’est qu’à l’issue de la campagne que nous aurons une répartition claire et complète du fédéral. Il faut maintenant anticiper certaines sommes, voilà pourquoi je vous demande d’inscrire cette somme au budget », a défendu le ministre. « On est vraiment dans une situation d’urgence, nous devons être certains de prévoir les moyens suffisant dans le cadre négocié avec le fédéral. »

[…] « Le budget de la Cocom va connaître temporairement un déficit de 16 millions puisqu’on estime notre part à 24 millions et on avait prévu 8 millions », a détaillé Clerfayt. « Mais ce montant devrait être à terme compensé par une recette qu’on ne connaît pas encore maintenant et qui viendra par le remboursement du fédéral d’une
partie de nos frais de la campagne de vaccination. »

[…] « On a une technique budgétaire qui est un peu moins rigoureuse que ce que nous faisons d’habitude. L’urgence nous impose de réclamer un peu plus de souplesse car c’est une cause collective que nous devons réussir ensemble», reconnaît Clerfayt.

 

Pour une évaluation permanente des parcours de retour à l'emploi

Bruxelles veut cerner les compétences numériques et linguistiques de ses demandeurs d'emploi

Extrait de l'article publié par l'Écho

[…] La mission de Bernard Clerfayt est d'utiliser au mieux les 85 millions dévolus à l'emploi et la formation, soit 22% de l'enveloppe européenne pour la Région-Capitale. Il n'est pas question de réinventer la roue, mais de s'attaquer, encore et toujours, au fameux paradoxe bruxellois. À savoir que le premier bassin d'emploi du pays est aussi la région qui affiche le taux de chômage le plus élevé, en raison d'une inadéquation entre un marché de l'emploi exigeant et une fraction des demandeurs d'emplois faiblement qualifiée. "La crise ne fait qu'accroître cette tendance. On a encore plus besoin de renforcer les compétences."

[…] "À ce jour, 17,5% des personnes inscrites chez Actiris ne comprennent pas la langue dans laquelle leur dossier est rédigé. Or, on a tendance à engager des gens qui comprennent les consignes... Au-delà du fait que l'on recherche des webmasters, des ingénieurs informaticiens, etc., l'usage d'outils numériques devient crucial même pour les métiers faciles d'accès. Par exemple, des sociétés de titres-service développent des solutions digitales pour organiser les tournées. C'est aussi nécessaire pour travailler dans un commerce vu l'essor de la vente en ligne", considère Bernard Clerfayt.

[…] "Des modules de tests vont permettre de classer tous les demandeurs d'emploi sur base d'un référentiel commun en langue et en numérique, avant de s'inscrire en formation. Beaucoup de gens déclarent à Actiris des compétences qui ne sont pas objectivées, ce qui n'aide pas à les placer. Les recruteurs feront ainsi davantage confiance aux informations communiquées par Actiris."

[…] "Pour les mamans seules, la gestion des enfants est un handicap à la recherche active d'un travail ou au suivi d'une formation, préalable indispensable à un emploi stable avec des conditions compatibles avec la vie de famille."

[…] "Au lieu d'évaluer tous les trois ans une mesure via une étude universitaire, je veux une évaluation permanente des politiques de retours à l'emploi"

[…]

Lire l'article sur le site de l'Écho

 

Le plan de Bruxelles pour rendre ses données intelligentes

Extraits de l'article de l'Écho du 24 mars 2021

À Bruxelles, l’échange de données entre administrations a longtemps été compliqué , la faute à un carcan administratif pas très agile. Les choses sont sur le point de changer puisque le gouvernement régional a validé, en fin de semaine dernière, une stratégie en matière de données proposée par le ministre Clerfayt (DéFI). L’idée est simple: organiser et mieux utiliser les données issues des administrations publiques ; la réalisation s’annonce quant à elle plus compliquée. La masse de données générées par les administrations régionales et locales est gigantesque, «mais on n’exploite pas encore leur potentiel» dixit Bernard Clerfayt. «Pour l’instant chaque administration travaille dans son coin», selon le ministre de la transition numérique.
Pour sortir de ce schéma, la Région se dote donc d’une stratégie propre pour fixer un cadre commun et harmoniser les pratiques. L’Echo a pu prendre connaissance de ce cadre. Exploiter les données et faciliter la vie du citoyen.

[…] le gouvernement régional a validé, en fin de semaine dernière, une stratégie en matière de données proposée par le ministre Clerfayt (DéFI). L’idée est simple: organiser et mieux utiliser les données issues des administrations publiques ; la réalisation s’annonce quant à elle plus compliquée. La masse de données générées par les administrations régionales et locales est gigantesque, «mais on n’exploite pas encore leur potentiel» dixit Bernard Clerfayt. «Pour l’instant chaque administration travaille dans son coin», selon le ministre de la transition numérique.
Pour sortir de ce schéma, la Région se dote donc d’une stratégie propre pour fixer un cadre commun et harmoniser les pratiques. L’Echo a pu prendre connaissance de ce cadre. Exploiter les données et faciliter la vie du citoyen.

[…] «La stratégie appliquera le GDPR à la lettre. Ce que nous mettons en place n’ira pas trop vite, respectera les procédures et passera via l’APD (Autorité de protection des données,
NDLR)», affirme Bernard Clerfayt. Pour mettre en oeuvre cette stratégie, la Région compte sur le plan de relance. Elle a demandé 19,7 millions d’euros dans ce cadre, dont 12 seront consacrés à la plateforme d’échange de données.

Rêver de remettre le pied à l’étrier – Territoires zéro chômeurs de longue durée

A propos des territoires zéro chômeurs de longue durée

Extrait de l'article publié par Le Vif - L'express

[…] A Bruxelles, le ministre de l’Emploi Bernard Clerfayt ne fait pas non plus des bonds de joie à l’évocation de ce projet, même si la déclaration de politique régionale prévoit qu’un projet pilote sera mis en oeuvre dans les quartiers les plus pertinents. «Le gouvernement a considéré que ce ne serait pas une priorité en début de législature, notamment pour une raison budgétaire», confirme Pauline Lorbat, porte-parole du ministre. La volonté est néanmoins de lancer au moins un projet avant 2023, à condition d’avoir un accord avec le fédéral sur les allocations de chômage.»

[…] Plusieurs communes, dont Schaerbeek et Forest ont manifesté leur intérêt pour le projet TZCLD. Actiris est en pointe sur le sujet, «sans être mandaté», souligne le cabinet Clerfayt.

[…]

Relance économique

Relancer sa Start-up en 9 mois

Extrait d'un article de La Libre du 27 avril

[…] C’est dans ce contexte, où la société belge combat le virus tout en cherchant à relancer l’économie, que s’inscrit l’initiative “We are founders”. Dévoilée hier, elle associe un géant de l’Internet (Google), le plus grand campus numérique d’Europe (BeCentral), le premier réseau d’investisseurs privés en Belgique francophone (BeAngels) et un service public de la formation professionnelle (Bruxelles Formation). Ce quatuor privé-public veut contribuer, à sa façon, à la relance en stimulant l’entrepreneuriat. Mais, comme le souligne Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de la Transition numérique (Défi), “être entrepreneur, cela ne s’improvise pas” ! Passer d’une bonne idée à une start-up viable, ça s’apprend. […]

Formation intensive pour entrepreneurs

La "star academy" des entrepreneurs

Extrait de l'article de la Dernière Heure

[…] Face à la crise sanitaire et à ses conséquences sur le marché de l’emploi, BeCentral, Google, Bruxelles Formation et BeAngels s’associent pour le lancement d’une formation intensive : “We are founders ”.

[…] Cinquante candidats seront sélectionnés pour une formation intensive de neuf mois. L’objectif : faciliter le passage d’un concept commercial à une entreprise capable de voler de ses propres ailes. Le profil recherché ? Il n’y en a pas. Le seul prérequis : présenter une bonne idée, qui mérite d’être creusée. “Ce ne doit pas être une énième école à destination des jeunes des beaux quartier s ” , résume Bernard Clerfayt (Défi), ministre bruxellois à la Transition numérique.

[…]

Labellisée amie des animaux

Extraits de l'article publié par la Dernière Heure

(Ixelles a remporté le label d’or Commune amie des animaux 2020.)

Prime de stérilisation des chats, création d’espaces “chiens en liberté” , projet “1 000 nichoirs” : ces dernières années, Ixelles multiplie les initiatives en faveur du bien-être animal sur son territoire. Ce mardi, la commune a emporté la première édition du label d’or qui récompense la localité bruxelloise la plus entreprenante en matière de respect du bien-être animal. […]

[…] “Les communes qui mènent des politiques concrètes en matière de bien-être animal répondent à un souhait grandissant de leurs habitants. En tant qu’acteur de première proximité, elles ont un impact direct sur la vie de milliers d’animaux. Je relance d’ailleurs une nouvelle édition de cet appel à projet. Les communes qui ont envie de développer des projets ou de poursuivre leurs démarches peuvent introduire leur demande auprès de Bruxelles Environnement avant le 15 mai”, annonce le ministre du Bien-être animal Bernard Clerfayt (Défi).

 

De nouveaux terrains pour étoffer l’offre du stade Fallon

Extrait de l'article publié par la Dernière Heure

Ce mercredi, Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, Eric Bott, l’échevin des Sports de la commune, et Bernard Clerfayt, ministre du gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale, ont inauguré deux nouveaux terrains synthétiques, dont la réalisation a bénéficié d’une subvention régionale couvrant environ 50 % des coûts.

[…]

185.000 utilisateurs de wifi.brussels

Extraits de l'article publié par "La Capitale"

« Plus de 290.000 utilisateurs uniques sont enregistrés sur le réseau wifi.brussels dont plus de 185.000 en 2020.Cela correspond à un total de près de 660.000 appareils différents. Le système d’authentification a été modifié fin 2019 avec des règles plus strictes en matière de durée de vie de compte (maximum un an) et une meilleure fiabilité dans le processus d’enregistrement avec pour conséquence la quasi-disparition des doubles d’enregistrements », relate Bernard Clerfayt.
« L’évolution d’utilisation (nombre de comptes créés et trafic) montre un réel ralentissement d’utilisation à partir du mois de mars 2020, ce qui correspond au début de la crise sanitaire. Le deuxième confinement d’octobre est clairement marqué dans le volume de données téléchargées, notamment par la restriction imposée par la Stib à la durée des sessions pour limiter les attroupements aux abords des quais des stations de métro », poursuit le ministre.

« Depuis le changement de plateforme d’authentification en novembre 2019, il n’est plus possible de donner une vision automatisée des connexions effectuées par hotspot. Seule est disponible une vue sur les dernières 24h et par antenne et non par site. Le CIRB a demandé à Irisnet et à son fournisseur Cisco une amélioration du reporting mis à disposition. Par contre, pour l’année 2020, 74 % des connexions au réseau wifi.brussels ont eu lieu via les antennes présentes dans les stations de la Stib », ajoute Bernard Clerfayt. Quatre nouveaux sites de maisons de quartier sont en cours d’installation dont 3 sont situés à Evere et une à Anderlecht.

Forest ne peut pas payer deux bourgmestres !

Extrait de l'article publié par "La Capitale" du 12 mars

Suite à une question écrite du député bruxellois et chef de groupe DéFI au conseil communal de Forest, Marc Loewenstein, concernant le paiement d’un double traitement de bourgmestre à Forest, le ministre bruxellois des pouvoirs locaux, Bernard Clerfayt, a tranché…

[…] « Une commune peut-elle payer deux traitements de bourgmestre en même temps ? (…) Le bourgmestre a remboursé ses traitements (…) Il s’agit là du remboursement du traitement net. Pourriez-vous me dire ce qu’il est du brut, de son statut social ? », a notamment interrogé Marc Loewenstein. « Une commune ne peut pas payer deux traitements de bourgmestre en même temps. Le traitement est attaché à la fonction et non à la personne (…) Si un bourgmestre est absent plus d’un mois, son remplaçant a droit au traitement (…) Dans le cas présent, la première condition est remplie : le 17 novembre 2020, le bourgmestre a désigné la seconde échevine pour le remplacer et n’a pas retiré cette délégation depuis lors. Le remplacement dure donc de manière ininterrompue depuis plus d’un mois (…) La seconde condition est également remplie puisque le bourgmestre n’est pas absent pour raison médicale ou pour service public non salarié : il s’agit d’un empêchement de fait (…) La secrétaire communale de Forest a été informée par l’administration régionale en charge de la tutelle administrative, Bruxelles Pouvoirs locaux, de l’interprétation correcte des dispositions légales applicables à la situation et a clairement précisé à qui le traitement de bourgmestre devait être versé », lui a répondu Bernard Clerfayt le 4 mars dernier. […]

Et le ministre bruxellois des pouvoirs locaux de trancher : « La réponse à votre première question induit la réponse à la seconde : puisque le bourgmestre n’a plus droit à son traitement dès qu’il est absent depuis plus d’un moins dans les conditions évoquées ci-dessus, il n’y a pas lieu de faire une distinction entre la partie brute et nette de la rémunération. Le traitement attaché à la fonction passe au bourgmestre faisant fonction (…) En ce qui concerne les traitements qui avaient été payés indûment à Monsieur Roberti et qui ont été remboursés, il faudra qu’une régularisation soit opérée au niveau des versements de cotisations sociales ».