Printemps Numérique 2024

Actualité
Printemps numérique 2024

Le Printemps Numérique de Bruxelles revient les 22 et 23 mars prochains sur le site emblématique de Tour & Taxis. De la réalité virtuelle à la cyber sécurité, en passant par l’intelligence artificielle, l’e-gaming, le rétrogaming et l’exploration des opportunités professionnelles du numérique, la 4e édition de ce rendez-vous incontournable promet une immersion captivante dans les dernières avancées technologiques. Suivez le guide !

Un événement gratuit

Porté par Paradigm, le Printemps Numérique de Bruxelles 2024 est une initiative d’envergure qui fait rayonner l’écosystème numérique de la Région bruxelloise.

Bénéficiant de l’appui de la Région bruxelloise et du Ministre de la Transition numérique, Bernard Clerfayt, cet événement gratuit se positionne comme une plateforme de rencontre incontournable. Il réunira un large public, des novices aux experts du numérique, qui partageront et enrichiront leur expertise. La mission est claire : initier, sensibiliser et guider le grand public à travers le passionnant univers des technologies numériques.

« Le Printemps Numérique est une expérience immersive où les visiteurs peuvent toucher, tester, développer, coder et qui sait, peut-être cela suscitera des vocations pour un métier dans le secteur du numérique de plus en plus recherché sur le marché de l’emploi bruxellois », déclare Bernard Clerfayt.

Aperçu de la programmation 2024 du printemps numérique

Le Printemps Numérique invite les visiteurs à explorer des espaces fascinants où démonstrations captivantes et expériences immersives éveilleront la curiosité de tous. Paradigm propose un itinéraire didactique sur l’empreinte environnementale du secteur numérique, illustré par le sac à dos écologique d’un ordinateur portable. Les amateurs de « Smart Buildings » découvriront des solutions technologiques de pointe pour des bâtiments plus intelligents et durables.

Le Printemps Numérique Bruxelles offre aussi une variété de conférences et de pitchs, sous la forme de "Pecha Kucha", sur des sujets tels que le jumeau numérique, le climat et la technologie, la mobilité, la cybersécurité, l'e-gaming, les métiers et les formations du numérique ou encore l'inclusion numérique. Des experts du numérique, issus de divers secteurs, élargiront les horizons du public en partageant leurs connaissances.

Jeunes et moins jeunes, en famille ou entre amis, les visiteurs auront également l’opportunité d’explorer les dernières tendances et innovations qui façonnent l’avenir numérique de notre société. Ils pourront également participer aux différentes activités interactives proposées sur les différents espaces d’exposition de près de 50 représentants de l’écosystème numérique bruxellois, national et international.

Des expériences éducatives pour les écoles

Le Printemps Numérique Bruxelles 2024 a prévu des animations aussi séduisantes que spécialement pensées pour nourrir la curiosité débordante des élèves.

Parmi les temps forts : ateliers de sensibilisation aux impacts environnementaux du numérique, mais aussi aux arnaques en ligne, démonstrations de bras robotisés, découvertes des métiers du numérique, sessions d’e-gaming, initiations au codage, et bien d’autres attractions palpitantes !

Une opportunité pour les plus jeunes de découvrir, apprécier et s’amuser autour du numérique grâce à une variété de stands qui leur sont dédiés !

Invisible Festival, une première exclusive pour le Printemps Numérique de Bruxelles

Le Printemps Numérique Bruxelles crée l'événement en ouvrant les portes de l'inédit « Invisible Festival ». Pour la première fois, les visiteurs seront conviés à explorer cet univers unique, célébrant la richesse et la diversité culturelle au cœur de l'Europe, dans la deuxième ville la plus cosmopolite au monde, Bruxelles.

Cette manifestation met en lumière les héros oubliés et méconnus de l'histoire avec un programme riche d'activités, basé sur des avatars 3D, la réalité augmentée et autres expérimentations artistiques immersives. Une invitation à voyager dans des dimensions invisibles où l'art numérique prend vie, offrant une expérience sensorielle et culturelle inédite.

Informations pratiques

  • Où ? Tour & Taxis, Avenue du Port 86c à 1000 Bruxelles
  • Quand ? Le vendredi 22 mars et le samedi 23 mars 2024

Liens utiles

Interview de Bernard Clerfayt sur BX1+, émission «Bonjour Bruxelles»

Extrait de presse
Interview de Bernard Clerfayt sur BX1+, émission Bonjour Bruxelles

Ce matin, Bernard Clerfayt était l’invité de «Bonjour Bruxelles» sur BX1 Radio. L’interview vidéo est disponible ici, et ci-dessous, un bref résumé des propos du Ministre.

Enthousiaste pour aller débattre avec les Bruxellois de l’avenir de Bruxelles, Bernard Clerfayt est heureux de conduire une belle équipe pour les élections régionales du 9 juin prochain. « Les militants ont souhaité que je puisse tirer la liste à la Région, fort du bilan et de l’expérience que je porte. » C’est d’ailleurs bien un trio de tête, désignant ainsi Joëlle Maison et Fabian Maingain, que le Conseil général de DéFI a désigné ce mercredi en soirée pour mener la future liste électorale : « Nous sommes une équipe et nous allons réussir ensemble cette élection».

Bernard Clerfayt fait remarquer qu’il est le seul ministre sortant à conduire une liste, il confirme ainsi sa volonté de mener son engagement à la Région jusqu’au bout, « Je suis fier de mon bilan ».

Point de force de ce bilan, « c’est l’augmentation du taux d’emploi en Région bruxelloise, on était à 61% […], aujourd’hui il est à 68% ». Le Ministre relève que l’augmentation du taux d’emploi est la plus forte à Bruxelles, comparativement aux autres Régions du pays. 

Concernant le projet d’ordonnance Bruxelles Numérique soumis actuellement au Parlement, Bernard Clerfayt a rappelé, que si toutes les démarches administratives doivent être accessibles en ligne, « Il prévoit également que les pouvoirs publics ont l’obligation de prévoir l’inclusion, l’accompagnement des personnes pour les démarches en ligne ». Et de rappeler que toujours, une alternative doit être disponible pour toutes les démarches administratives : «Les démarches en ligne ne peuvent justifier que l'on supprime les guichets, que l'on supprime les appels téléphoniques». Le choix de l'utilisateur prime, «il peut à tout moment opter de revenir une démarche par accueil physique au guichet ou par téléphone […] ».

[…]

Métro 3, la solution structurelle pour la mobilité

Actualité
Métro 3, la solution structurelle pour la mobilité

Si aujourd’hui, on est certain que le chantier du métro 3 soit sur les rails, le délai d’aboutissement ne peut en être fixé avec certitude. Bernard Clerfayt répondait ce mercredi matin aux questions de Fabrice Grosfilley à ce propos, sur BX1 (lien vers la vidéo en fin d'article).

Obstacles techniques et financiers, nécessaires réaménagements du projet afin d’en réduire à la fois l’impact urbanistique et budgétaire : la mise en service du tronçon Nord-Bordet ne verra pas le jour dans les délais initialement fixés.

La difficulté de trouver des alternatives en surface

« On constate bien que le réseau de voiries en surface est très étroit et ne permet pas de solution en surface. C’est d’ailleurs pour ça que nous n’avons pas trouvé d’alternative jusqu’ici. Cela justifie certainement que le métro reste absolument une solution nécessaire  », explique le Ministre bruxellois, Bernard Clerfayt.

En attendant le métro, améliorer le sort des usagers

En attendant, ceux qui souffrent le plus de cette situation, ce sont notamment les usagers du tram 55. C’est pourquoi, le gouvernement va examiner les solutions évoquées par la STIB. 

 « Je souhaite d’abord que l’on consulte les communes concernées pour savoir si les pistes sur la table sont réalisables. Mais il est certain que nous devons faire des avancées rapides et éventuellement  aménager des endroits stratégiques ». 

Le métro reste l’objectif ! 

Pour Bernard Clerfayt l’objectif pour la mobilité, et singulièrement celle de l’Est de Bruxelles, doit rester le métro. Il n’y a pas de solutions qui permettent, même à moyen terme, d’offrir, une telle capacité de transport et de confort aux Bruxellois. 

« Maintenant, il faut en maîtriser le coût en adaptant le projet aux demandes qui ont été faites par les communes. Mais il faut aussi pouvoir partager le coût avec l’État fédéral », conclut le Ministre. 

Prochaine étape du dossier : les résultats de l’enquête publique basés sur la demande de permis d’urbanisme de Beliris.

Bernard Clerfayt au micro de « Bonjour Bruxelles » sur BX1

Extrait de presse
Bernard Clerfayt au micro de « Bonjour Bruxelles » sur BX1

Ci-dessous un bref compte-rendu et extraits. Vous retrouverez la séquence vidéo ici.

En attendant que le métro puisse se faire, Bernard Clerfayt réclame depuis longtemps des solutions en surface. Mais ces aménagements ne seront pas simples à mettre en œuvre « cela justifie certainement que le métro reste absolument une solution nécessaire ».

Pour soulager les usagers du tram 55 notamment, nous allons examiner les solutions de la STIB. « Je souhaite d’abord que l’on consulte les communes concernées pour savoir si les pistes sur la table sont réalisables ».

Pour Bernard Clerfayt l’objectif pour la mobilité de l’Est de Bruxelles doit rester le métro. « Il faut en maîtriser le coût […] en adaptant le projet aux demandes qui ont été faites par les communes […] et il faut pouvoir en partager le coût aussi avec l’État fédéral ».

Budget régional ? La situation des finances régionales n’est pas rose rappelle le Ministre. Après les crises traversées, le déficit est cependant à la baisse. « Mais il faudra faire des réformes plus profondes […] on ne peut pas seulement faire de la « rappe à fromage » […] il faut des réformes structurelles, regrouper certaines administrations pour faire des économies d’échelle […]. »

La prochaine législature ? « Il faut une législature de la raison et du sérieux […] en évaluant les politiques ». Les mesures qui n’ont pas fait leurs preuves doivent être revues ou abandonnées, cependant « il ne faut pas prendre de mesures non plus qui touchent la classe moyenne ».

Et l’indexation des allocations familiales ? « Elle est maintenue et je m’en réjouis, c’est important pour soutenir les familles et surtout les familles les plus précaires. »

[…]

Les Ordre de Quitter le Territoire (ODQ) et l'informaiton aux communes

Extrait de presse
Extrait de presse, Le Vif : "L'affaire Lassoued, un revers de plus pour Nicole de Moor : « Le CD&V risque de faire exactement la même erreur que la N-VA »"

Extrait de l'article publié par Le Vif

[…] Les tuiles s'accumulent pour Nicole de Moor . Mercredi, la secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration , avec ses homologues de l'Intérieur et de la Justice, est sommée de venir s'expliquer une seconde fois devant la Chambre sur les ratés dans le suivi du dossier d' Abdessalem Lassoued . En séjour irrégulier sur le sol belge, l'auteur de l'attentat de Bruxelles avait reçu un Ordre de quitter le territoire (OQT) , qui n'a jamais exécuté. Cette faille dans le système de retour , ainsi que la communication défaillante de l'Office des Etrangers (OE) avec les autorités locales, ont placé Nicole de Moor sous le feu des critiques, le bourgmestre empêché de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFi) allant même jusqu'à réclamer sa démission. […]

Financement du métro bruxellois

Extrait de presse
Extrait de presse, Le Soir : "Métro bruxellois : le point sur les cinq pistes de financement les plus citées".

Extraits de l'article publié par Le Soir :

[…]

« La Région a-t-elle les moyens de financer le tronçon jusqu'à Bordet ? Seule, non. C'est un projet qui a une ambition plus que bruxelloise et il faut donc que le fédéral y participe pleinement », explique Bernard Clerfayt (Défi). L'amarante résume l'état d'esprit de la majorité des chefs de file régionaux. D'ailleurs, le gouvernement bruxellois s'était accordé en mars dernier pour demander une rallonge au fédéral. Et ce à travers une contribution de Beliris. Près de 490 millions d'euros se trouvent sur les comptes de l'organe fédéral qui finance des projets d'envergure à Bruxelles. L'équipe de Rudi Vervoort (PS) voudrait au moins en récupérer 200. Voire rehausser le montant de la dotation annuelle (125 millions).

[…]

Lire l'article sur le site web su Soir

Les communes et les ordres de quitter le territoire

Extrait de presse
Extrait de presse, Trends : "Bernard Clerfayt : «Notre pays est incapable de mener une politique d'expulsion»"

Extraits de l'article publié par Trends :

[…] Ministre de l'emploi et des pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles Capitale, mais aussi bourgmestre (empêché) de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (DéFI) revient pour nous sur l'étonnante absence de communication entre l'Office des Etrangers et les communes. Un couac qui a été mise en lumière par les tragiques événements de lundi soir à Bruxelles et qui fait que Abdessalem Lassoued, qui a vu sa demande d'asile refusée en 2020, a néanmoins pu rester sur le territoire belge et a pu commettre un attentat meurtrier lundi.

« Je constate qu'il n'y a pas de politique d'éloignement structurés en Belgique , dit Bernard Clerfayt. L'Office des Etrangers traite administrativement les personnes qui demandent un statut ou un séjour. Les demandeurs sont inscrits sur un registre d'attente qui n'est pas un registre de la population, mais une simple liste d'adresses postales. Cela peut donc être l'adresse d'un avocat, d'une association qui prend les demandeurs d'asile en charge…. Il n'y a pas de vérification de la réalité du domicile. On ne sait pas où vous êtes. Vous pouvez être inscrit à une adresse dans une commune différente de celle où vous résidez réellement ».

[…]

« Notre pays est incapable de mener une politique d'éloignement, poursuit-il, au contraire de ce qu'a fait la Suède par exemple ». La Suède avait en effet reçu une demande d'asile d'Abdessalem Lassoued, mais l'avait refusée parce qu'il avait été pris dans un trafic de stupéfiants. Il a donc été expulsé. « Mais pourquoi la Belgique n'a pas été au courant ? Pourquoi n'y a-t-il pas d'échanges d'informations. Pourquoi la Belgique n'a pas suivi ce monsieur et ne s'est jamais préoccupée de là où il était ? », interroge Bernard Clerfayt.

[…]

Lire cet article sur le site du Trends