Interview de Bernard Clerfayt dans le cadre de l'émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM

Extrait de presse
Interview de Bernard Clerfayt dans le cadre de l'émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM

Bernard Clerfayt était, ce jeudi 3 novembre 2022, l’invité de l’émission « Le carrefour de l’info » sur Arabel FM. Voici un bref compte-rendu de cette émission dont vous trouverez ici le podcast.

La réforme des titres-services

Bernard Clerfayt a rappelé que le prix de base de 9€ pour un titre-service n’a plus changé depuis 2014. Les pouvoirs publics complètent de 13 euros pour un coût total qui avait été estimé à 22 euros. Aujourd’hui le coût réel du titre-service est de 27 euros. On aurait dû augmenter le prix du titre de 2 euros, avec un prix demandé à l’utilisateur de 10 euros, on continue à proposer un titre-service bon marché dans un système où la couverture sociale reste acquise pour les aide-ménagères. Les pouvoirs publics continuent à prendre en charge près des 2/3 du coût global.

Nous allons consacrer 1/3 de l’apport budgétaire, 5 millions, à améliorer les conditions de travail des aide-ménagères. Il s’agit de renforcer le financement du fond sectoriel de formation professionnelle. Beaucoup de femmes qui le souhaitent doivent pouvoir se réorienter. On va aussi prendre toute une série de mesures de type qualitatif pour mieux encadrer le métier, pour protéger les aide-ménagères des situations (marginales) de harcèlement. On prévoit aussi une évaluation objective de la charge de travail via une visite à domicile pour les nouveaux contrats.

Emploi en Région de Bruxelles-Capitale

Répondant à la question de la collaboration entre Actiris et le VDAB, le ministre souligne qu’en Flandre on est presque au plein emploi. En périphérie les emplois sont à pourvoir et nous avons des bras en Région bruxelloise. La collaboration VDAB-Actiris permet de proposer une formation sur-mesure pour les emplois existants en Flandre. 1700 travailleurs chaque année signent un contrat pour travailler en Flandres, nous voulons arriver à 2000.

Contrôle des ASBL communales

En général ces ASBL sont bien gérées. Mais il y a eu des dérives, il faut donc des exigences de transparence quant à la manière dont le contrôle s’opère. J’ai aussi voulu adapter ce contrôle en fonction de l’importance des ASBL. Pour les grandes ASBL un contrôle par les services régionaux est requis.

Les Futurs de Bruxelles

Depuis longtemps, les intervenants dans le débat public y vont de leurs propositions quant à l’avenir institutionnel de la Région. Il est vrai que les institutions bruxelloises sont complexes dès lors que l’on en observe de près le fonctionnement.

Le projet est de mesurer les attentes des bruxellois vis-à-vis des institutions régionales. Le processus passe par une phase de consultation via un échantillon représentatif de la population, construit selon des critères sociodémographiques. Des questions seront soumises aux participants, il s’agit d’un processus encadré par un groupe d’experts.

Ensuite viendra la phase d’échanges avec les acteurs institutionnels et organisations représentatives. Les recommandations compilées par les experts seront soumises au parlement qui pourra se prononcer sur les meilleures recommandations pour simplifier le fonctionnement des institutions bruxelloises.

« Les Futurs de Bruxelles », la Région par les Bruxellois

Actualité
Logo Les Futurs de Bruxelles

Le fonctionnement de nos institutions bruxelloises ne fait pas l’unanimité. Comment y remédier ? En faisant appel aux premiers acteurs concernés : les Bruxellois ! Voilà la solution proposée par le Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt pour cette mission. Intitulé « Les Futurs de Bruxelles », ce processus de démocratie citoyenne proposera un espace de liberté d’expression où les voix des citoyens seront entendues et respectées.

« L’organisation et le fonctionnement de notre Région ne doivent pas uniquement reposer sur les politiques. Ici, l’objectif est d’amener les Bruxellois à repenser les futurs de leur Région et donc à revoir son fonctionnement et ses interactions avec les 19 communes », déclare Bernard Clerfayt.

Du concret : propreté publique, élections, sécurité, …

Organisation de nos institutions, fonctionnement des politiques publiques, des communes, … les citoyens seront invités à se positionner sur une série de thématiques, comme les élections, la confiance du citoyen envers les mandataires, la propreté publique, la sécurité ou encore le découpage territorial des communes.

« Réussir Bruxelles avec l’aide des Bruxellois »

Les « Futurs de Bruxelles » se déclineront en trois phases et s’achèveront juste avant l’été 2023. La première démarre ce 7 novembre avec la consultation de 1.000 Bruxellois, représentatifs de tous les citoyens, via une enquête en ligne. La deuxième étape sera consacrée à l’organisation de débats entre acteurs institutionnels. La dernière phase fera l’objet de rencontres entre citoyens et représentants institutionnels. Enfin, le rapport final est attendu pour le mois de septembre 2023.

« Cet espace permettra de prendre les recommandations des citoyens au sérieux. Et j’insiste là-dessus, je ne veux pas d’un simulacre de démocratie ! Les résultats seront analysés et devront nous permettre d’atteindre notre unique objectif : réussir Bruxelles avec l’aide des Bruxellois », conclut le Ministre.

Les Futurs de Bruxelles : la parole aux Bruxellois pour réinventer la Région

Communiqué de presse

Repenser l’organisation et le fonctionnement des institutions bruxelloises en faisant participer le citoyen. Voilà la mission que le gouvernement bruxellois a confiée au Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt. Une révolution en Région bruxelloise où, pour la première fois, les citoyens dessineront Ce projet intitulé « Les Futurs de Bruxelles » débutera dès ce 7 novembre et permettra aux Bruxellois de se positionner sans tabou sur une liste de thématiques liées au fonctionnement de leur Région.

Si vous surfez sur la toile ou que vous suivez l’actualité, vous avez très certainement déjà remarqué l’utilisation de plus en plus répandue du terme « Bruxelles Bashing ». Véritable déferlement de dénigrements envers la Région, ces vociférations déchaînent les foules.  Sont-elles légitimes ? En partie. La Région est malheureusement, elle aussi, victime de la complexité de son paysage institutionnel. Incohérence, incompréhension, méfiance… Une chose est sûre : le fonctionnement de nos institutions est loin de faire l’unanimité au sein de la population.

Comment remédier à cela ? En faisant appel aux premiers acteurs concernés : les Bruxellois ! Voilà la solution proposée par le Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt pour cette mission. Intitulé « Les Futurs de Bruxelles », ce processus de démocratie citoyenne proposera un espace de liberté d’expression où les voix des citoyens seront entendues et respectées.

« L’organisation et le fonctionnement de notre Région ne doivent pas uniquement reposer sur les politiques. Ici, l’objectif est d’amener les Bruxellois à repenser les futurs de leur Région et donc à revoir son fonctionnement et ses interactions avec les 19 communes », déclare Bernard Clerfayt.

Organisation de nos institutions, fonctionnement des politiques publiques, des communes, … les citoyens seront invités à se positionner sur une série de thématiques, comme les élections, la confiance du citoyen envers les mandataires, la propreté publique, la sécurité ou encore le découpage territorial des communes.

Les « Futurs de Bruxelles » se déclineront en trois phases et s’achèveront juste avant l’été 2023. La première démarre ce 7 novembre avec la consultation de 1.000 Bruxellois, représentatifs de tous les citoyens, via une enquête en ligne. La deuxième étape sera consacrée à l’organisation de débats entre acteurs institutionnels. La dernière phase fera l’objet de rencontres entre citoyens et représentants institutionnels. Enfin, le rapport final est attendu pour le mois de septembre 2023.

« Cet espace permettra de prendre les recommandations des citoyens au sérieux. Et j’insiste là-dessus, je ne veux pas d’un simulacre de démocratie ! Les résultats seront analysés et devront nous permettre d’atteindre notre unique objectif : réussir Bruxelles avec l’aide des Bruxellois », conclut le Ministre.

Plus d’infos sur www.lesfuturs.brussels

Contact ?
Pauline Lorbat – 0485 89 47 45

Budget 2023

Extrait de presse
Extrait de presse, La Dernière Heure : "Bruxelles boucle son budget"

Extrait de l'article publié par la Dernière Heure

[…] Elke Van den Brandt et Bernard Clerfayt pourraient compter sur 10 millions d’euros chacun pour poursuivre, l’une le déploiement de son plan Good Move, l’autre la formation et la mise à l’emploi des Bruxelloises et Bruxellois infraqualifiés.
Rappelons enfin que, à l’instar de la mesure prise par la NVA au niveau flamand, la majorité socialiste, écologiste et DéFI a décidé de geler l’indexation des loyers pour les passoires énergétiques, c’est-à-dire les logements avec les plus faibles niveaux PEB. Une mesure annoncée fin de semaine dernière et dont la gestation a été particulièrement douloureuse : le long blocage de DéFI laissant, ici aussi, apparaître de profondes fractures au sein de l’exécutif régional.

Négociations budgétaires

Communiqué de presse
Extrait de presse, La Libre : Le conclave bruxellois est suspendu, Clerfayt a claqué la porte, jugeant le budget des titres-services insuffisant"

Extrait de l'article publié par La Libre

Le gouvernement bruxellois réuni en conclave budgétaire a suspendu ses travaux ce vendredi. Alors que les discussions portaient sur les montants alloués aux titres services, Bernard Clerfayt (Défi), ministre de l’Emploi, s’est levé et a quitté la pièce. Ce départ a surpris ses partenaires, qui pensaient aboutir en fin de journée.

Aucune date de reprise des discussions n’est pour l’instant fixée. “Je quitte le cabinet du ministre-Président car je ne peux admettre que durant ces négociations budgétaires essentielles pour dégager des réponses à la crise, on cherche à réduire les crédits qui assurent l’emploi des aides ménagères ”, a-t-il tweeté. “ Certains partenaires voudraient que nous fassions des économies de 30 millions d’euros dans les titres services. Or, cela va mettre à mal 1 500 emplois à Bruxelles, des jobs occupés pour beaucoup par des femmes”, prolonge sa porte-parole.

Bernard Clerfayt invité de l’émission «+d’actu» sur BX1

Extrait de presse
Le Ministre de la Région de Bruxelles Capitale Bernard Clerfayt était l'invité de l'émission +d'actu sur BX1

Nous rapportons ci-dessous quelques extraits de l’intervention du Ministre sur le plateau de BX1 dans le cadre de l’émission +d’actu du 16 septembre 2022. L’interview complète est disponible sur le site de BX1.

Maîtriser notre consommation énergétique

La crise énergétique est insupportable pour tout le monde et plus spécialement pour les ménages précarisés. Il est essentiel de trouver des solutions pour gérer le prix de l’électricité, le prix du gaz. Je plaide pour qu’il y ait un chèque énergie. […]

L’enjeu c’est donc la charge énergétique. Pour le locataire précaire, ce qui est important […] c’est de ramener la facture énergétique à des niveaux normaux. Il faut que les propriétaires soient encouragés à faire des travaux économiseurs d’énergie pour que, le plus vite possible, la facture diminue. […] Sanctionner un propriétaire en bloquant l’indexation des loyers sans qu’il y ait de possibilité de faire des travaux économiseurs d’énergie, cela ne sert à rien. Si en bloquant les loyers on réduit l’offre de logements, ce sont les locataires précarisés qui payeront plus cher.

Good Move

Nous souscrivons à la philosophie. Une ville plus accueillante et plus apaisée, c’est bon pour le commerce. Les villes qui sont allées dans ce sens ont réussi à redynamiser la vie économique et sociale. Cela ne veut pas dire que dans la mise en œuvre à tel ou tel endroit il n’y ait pas parfois des erreurs. Il faut aussi un certain temps pour que tout le monde s’habitue. Mon expérience de bourgmestre me fait dire qu’il faut plusieurs mois avant de tirer des conclusions. […] Le principe du plan est de protéger les quartiers du trafic de transit. […] Il est possible cependant, avec les technologies disponibles aujourd’hui, de mettre en place des systèmes intelligents qui tiennent compte des besoins spécifiques des habitants. Cette option est sur la table à Schaerbeek.

Taux d’emploi

Bruxelles est aujourd’hui à 66% de taux d’emploi, pas 62%. Arrêtons de dire du mal quand les choses vont bien, surtout quand les choses vont mieux à Bruxelles qu’ailleurs. En 2019 le taux d’emploi était de 60% à Bruxelles. À Bruxelles on progresse de 60 à 66% quand les Wallons passent de 65 à 66% et le Flamands de 74 à 75%. Je ne me contente pas de cela. […] Nous voulons imposer un bilan de compétences. […] Aux chômeurs de longue durée, on va imposer une formation. […] Ils devront montrer que dans le cadre de leur recherche active d’emploi, ils se forment pour améliorer leur CV. […] C’est le chercheur d’emploi qui choisit sa formation, pas d’obligation de se former aux métiers en pénurie. On ne peut forcer un chercheur d’emploi à se former à un métier qu’il n’a pas envie d’exercer, cela ne sert à rien. […]

Identification et stérilisation des chats

J’impose l’identification de tous les chats. Parce que les chats qui deviennent chats errants cela pose de graves problèmes dans les quartiers. […] Je rappelle aussi que tous les chats doivent être stérilisés. Nous imposons aussi aux refuges de ne plus remettre un chat à un propriétaire s’il n’a pas été stérilisé. Si un chaton n’a plus de mère, il peut être adopté après 8 semaines, de cette manière il peut sortir du refuge.

Rejoignez les testeurs officiels de Smart Move

Actualité
Le plan de mobilité Smart Move de la Région de Bruxelles-Capitale

Des déplacements plus respectueux de l’environnement, plus économiques et moins stressants, c’est l’objectif du gouvernement bruxellois avec le plan Smart Move.

La Région de Bruxelles-Capitale est à la recherche de plusieurs centaines de personnes disposées à tester son application mobile Smart Move.

Les testeurs recherchés sont tout autant des Bruxellois que des navetteurs de Flandre et de Wallonie. Ils recevront un budget virtuel qui sera consommé au fur et à mesure des trajets et des moyens de transport utilisés. Une évaluation aura lieu fin septembre. Un test à plus grande échelle suivra en 2023.

La tarification intelligente au kilomètre est l’un des projets du plan Smart Move. Le gouvernement bruxellois veut passer d'une taxation sur la possession d'un véhicule à une tarification selon l’usage qui vise à réguler le trafic des véhicules personnels.

Mettre à disposition et diffuser des alternatives multimodales de mobilité ira de pair avec ce nouveau mode calcul de la taxe de circulation.