Ixelles remporte le label d’Or « Commune Amie des Animaux »

Actualité
Label d'Or

Bruxelles, le 31 mars 2021 – Ce mardi 30 mars Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du Bien-être animal, a remis le label d’Or « Commune Amie des Animaux » à la commune d’Ixelles. Ce label récompense la commune bruxelloise qui a le plus œuvré en faveur du bien-être animal, avec le soutien financier de la Région.

Près d’une famille belge sur deux possède un animal de compagnie. En Région bruxelloise, on compte plus de 90.000 chiens et près de 100.000 chats. Et avec la crise sanitaire, le nombre d’adoptions a connu une légère hausse. Les Bruxellois sont donc de plus en plus nombreux à posséder un animal et à s’intéresser au bien-être de leurs compagnons.

Afin de soutenir les communes dans la mise en œuvre de projets visant à améliorer le bien-être animal, la Région bruxelloise a lancé un appel à projets 2020 leur permettant de bénéficier d’un subside d’un montant de 7.000€ et d’obtenir le Label « Commune Amie des Animaux ». Au total, 15 communes ont participé à cet appel et ont soumis 35 projets. Parmi les projets les plus innovants, relevons un parcours Agility à Schaerbeek, une charte du bien-être animal à Anderlecht, une brochure d’informations détaillées à Evere, etc.

Les communes avaient également l’occasion de concourir pour remporter le label d’Or. Pour l’obtenir, il faut respecter au moins 6 critères sur une liste de 11 tels que avoir un échevin en charge du bien-être animal, posséder au moins une zone d’espace de liberté pour chiens sur son territoire, mener une politique de gestion respectueuse des chats errants, octroyer une prime de stérilisation des chats domestiques ou encore informer et sensibiliser les citoyens.

Cette année, le grand gagnant est la Commune d’Ixelles. Elle respecte 9 des 11 critères et a mis sur pied de nombreux projets : prime à l’adoption en refuge, prime pour la stérilisation des chats,carte de nourrissage pour les chats errants ou encore mise en place d’un conseil consultatif du bien-être animal.

« Les communes qui mènent des politiques concrètes en matière de bien-être animal, répondent à un souhait grandissant de leurs habitants. En tant qu’acteur de première proximité, elles peuvent avoir un impact direct sur la vie de milliers d'animaux. C’est pourquoi, j’ai décidé de les soutenir dans la mise en œuvre de projets spécifiques. Je relance d’ailleurs une nouvelle édition de cet appel à projet. Les communes qui ont envie de développer des projets ou de poursuivre leurs démarches peuvent introduire leur demande auprès de Bruxelles Environnement avant le 15 mai », détaille Bernard Clerfayt.

Plus d’infos ?

Pauline Lorbat – Cabinet Clerfayt - 0485 89 47 45

La Région bruxelloise lance un nouvel appel à projets pour améliorer le bien-être des animaux en ville

Actualité
Ministre_bien être animal

Bruxelles, le 9 mars 2021 – Pour améliorer le bien-être des animaux en Région bruxelloise, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal lance un appel à projets à destination des 19 communes. Les communes pourront bénéficier d’un subside allant jusqu’à 7.000€.

Les Bruxellois accordent de plus en plus d’importance au bien-être de leurs animaux, qu’ils considèrent d’ailleurs comme un membre de leur famille. Collaborer avec les communes, premiers points de contact de la population, est donc essentiel pour améliorer le bien-être des animaux en ville.

Afin de soutenir les 19 communes bruxelloises dans la réalisation de leurs projets, la Région bruxelloise lance une nouvelle édition de l’appel à projet « Label Commune Amie des Animaux », permettant de bénéficier d’un subside de maximum 7.000€ (dont 4.000€ max. par critère à réaliser) et de mettre en avant leurs actions en faveur du bien-être animal.

En vue d'obtenir ce Label, les communes devront répondre à au moins 7 des 12 critères :

  1. L’engagement ou l’attribution de missions à un agent communal chargé de la surveillance du respect de la législation en matière de bien-être animal
  2. Un référent bien-être animal au sein de la zone de police
  3. La création ou l’aménagement d’une zone d’espace de liberté pour chiens
  4. Une politique de gestion respectueuse des chats errants
  5. L’octroi d’une prime pour la stérilisation des chats domestiques
  6. La gestion 24/7 des animaux errants, perdus ou abandonnés
  7. L’information et la sensibilisation des citoyens
  8. L’accès des animaux domestiques dans certains lieux
  9. L’interdiction des feux d’artifice
  10. L’organisation d’événements en matière de bien-être animal
  11. L’application de la loi Sanction administrative communale, pour le non-respect de l’interdiction portant sur l’utilisation des pièces d’artifice et, le cas échéant, des pétards
  12. Le développement de contenu lié au bien-être animal sur le site web communal

Les communes pourront aussi concourir pour le Label d’Or 2021. Il récompensera en 2022, la commune bruxelloise ayant fait preuve d’une bienveillance particulière à l’égard des animaux et respecté un maximum de critères. En ce qui concerne l’octroi du Label d’Or 2020, une cérémonie de remise des prix se tiendra le 30 mars prochain à Bruxelles Environnement.

« La collaboration de tous les acteurs est indispensable pour assurer une vie harmonieuse avec nos animaux. C’est pourquoi, j’encourage les 19 communes à saisir cette occasion pour améliorer le bien-être des animaux bruxellois et à mettre en œuvre des actions concrètes. La poursuite de cet appel à projets et l’évolution des critères incitent à un effort permanent des communes », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

Plus d’infos ?

Pauline Lorbat – Cabinet Clerfayt - 0485 89 47 45

Maltraitance animale

Communiqué de presse
128 plaintes pour maltraitance animale en 2020

Extrait de l'article publié par La Capitale

Jusqu’au mois de novembre 2020, Bruxelles Environnement a enregistré 128 plaintes pour maltraitance animale en région bruxelloise.

[…] 6 procès-verbaux de constat infractionnel ont été dressés par les inspecteurs de Bruxelles Environnement précise le cabinet de Bernard Clerfayt, ministre en charge du Bien-être animal, qui nous communique les
chiffres.

[…] Pour rappel et à titre de comparaison, en 2019, Bruxelles Environnement avait enregistré 189 plaintes pour maltraitance animale en 2019, dont 151 ont été jugées recevables.

Nouvelle aire pour les chiens

Extrait de presse
Les chiens ne demandent qu'à bouger

Extrait de l'article publié par La Capitale

[…] Elle [Shaerbeek] possède le label Commune respectueuse du bien-être animal. « C’est une tradition dans cette commune d’y être attentif. Ce parcours d’exercices est un geste supplémentaire envers le bien-être des chiens. On l’a vu avec le covid, le contact avec l’animal est essentiel », déclare Bernard Clerfayt (DéFI), ministre bruxellois du Bien-être animal. « Grâce à un soutien financier de la Région bruxelloise d’un montant de 3.000€, les 6.290 chiens de la commune mais aussi d’ailleurs pourront profiter d’un espace de jeux inédit pour se dépenser en toute sécurité ».

Les chiens et les chats en Région bruxelloise

Actualité
Les chiens et les chats en Région bruxelloise

En 2020, on dénombrait 27.606 chats et 88.180 chiens enregistrés en Région bruxelloise dans les bases de données CatID et DogID. Les chiens et les chats en Région bruxelloise restent sans conteste les animaux de compagnie préférés.

Parmi les races de chiens les plus populaires, on trouve surtout des chiens de petite taille. Exit le Bouledogue français et le Yorkshire qui figurait dans le Top 5 l’année précédente. En 2020, c’est le Chihuahua qui tient à nouveau le haut du classement, suivi de l’American Staffordshire, du chien « croisé », du Spitz allemand et du Berger malinois.

Les communes et les noms

C’est à Anderlecht, Uccle et Schaerbeek où l’on dénombre le plus de chiens avec respectivement, 10.046, 9.808 et 6.290 chiens enregistrés.

En ce qui concerne les noms, les références aux personnes de films ou de dessins animés sont à l’honneur. On retrouve, pour les mâles, Max, Rocky, Tyson, Simba ou encore Rio. Et pour les femelles, Luna, Lola, Bella, Naya et Maya. 

Côté chat, la race la plus commune reste le chat européen, aussi appelé chat de gouttière. Ce sont également les mêmes communes qui comptent le plus grand nombre de chats enregistrés. 2.902 chats à Anderlecht, 2.719 à Uccle et 2.608 à Schaerbeek. L’identification des chats n’a été rendue obligatoire qu’en novembre 2017 pour les chats adoptés ou achetés après cette date.

Pour les noms donnés aux chats, on retrouve également des références aux dessins animés. Ainsi les chats mâles sont plus nombreux à s’appeler Simba, Tigrou, Roméo, Leo et Oscar. Tandis que les chats femelles portent surtout les noms de Luna, Nala, Mia, Bella et Mimi.

Accueillir un animal, un engagement à long terme

« Avoir un animal est source de joie et de bonheur, pour soi et aussi pour sa famille. Mais ce sont aussi des responsabilités. C’est pourquoi, il est important de rappeler qu’un animal n’est pas un jouet. Il a son propre caractère mais aussi des besoins comme sortir, se dépenser, faire ses besoins, avoir de la nourriture et de l’eau en suffisance, etc. Accueillir un animal, c’est un engagement sur le long terme. Ce rappel est important si l’on ne veut pas voir le nombre d’abandon augmenter en flèche », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

 

Adopter un animal, un engagement à long terme

Extrait de presse
Max et Simba, les plus populaires

Extrait de l'article publié par la Dernière Heure

[…] “Avoir un animal est source de joie et de bonheur pour soi et pour sa famille. Mais c’est aussi des responsabilités. C’est pourquoi il est important de rappeler qu’un animal n’est pas un jouet. Il a son propre caractère mais aussi des besoins comme sortir, se dépenser, faire ses besoins, avoir de la nourriture et de l’eau en suffisance. Accueillir un animal, c’est un engagement sur le long terme. Ce rappel est important si l’on ne veut pas voir le nombre d’abandons augmenter en flèche” , souligne Bernard Clerfayt (Défi), ministre bruxellois du Bien-être animal. […]

Trois avancées majeures pour améliorer le bien-être animal

Actualité
Trois avancées majeures pour améliorer le bien-être animal

Ce mercredi 3 février, la Commission Environnement du Parlement bruxellois était invitée à se prononcer sur trois textes fondamentaux pour améliorer la protection des animaux en Région bruxelloise. Sur proposition de Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal, carrousels à équidés, delphinariums et utilisation des pièges à colle seront interdits sur le territoire régional.

Ce n’est qu’à partir de 2014 que les Régions sont devenues compétentes en matière de bien-être animal. Depuis, la législation a progressé pour coller au mieux à l’évolution de la considération de l’animal dans notre société. Mais le travail à réaliser reste colossal.

Trois ordonnances ont donc été soumises au vote de la Commission Environnement du Parlement bruxellois.

La première concerne la fin de l’exploitation des poneys de foire. La précédente législation comportait plusieurs lacunes permettant à certains de la contourner pour continuer à installer des carrousels sur les marchés. Dorénavant, il  sera interdit , en tout lieu, d’exploiter tout type d’équidés dans un carrousel. Cette ordonnance a été votée à l’unanimité en Commission.

La seconde établit l’impossibilité d’établir un delphinarium sur le territoire de la Région bruxelloise. D’autres pays européens ont déjà adopté des textes de lois en ce sens. Outre l’interdiction de construire un delphinarium à Bruxelles, l’objectif est aussi de faire tache d’huile et d’influencer les régions et pays voisins à prendre des dispositions similaires. Cette ordonnance a été votée à l’unanimité en Commission.

Enfin, la dernière ordonnance interdit notamment l’utilisation de pièges à colle pour les rongeurs. La souffrance occasionnée par ces pièges peut être considérable. Stress, épuisement, blessures en tentant de s’enfuir, les animaux finissent généralement par mourir de faim, de déshydratation ou d’asphyxie. Tous les députés ont voté favorablement à cette ordonnance sauf une abstention.

« Les animaux ne sont pas des jouets ! Nous avons trop longtemps enfermé les animaux dans une relation de servitude par rapport à l’homme, exploités trop souvent pour notre simple plaisir. Aujourd’hui, il n’est plus acceptable de continuer à véhiculer cette image d’animaux-esclaves aux jeunes générations. Grâce aux trois ordonnances, nous faisons évoluer la législation positivement afin de transformer notre rapport aux animaux », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

Les trois ordonnances doivent encore être soumises au vote en séance plénière du Parlement bruxellois.