Avancées en matière de lutte contre le chômage

Extrait de presse
Extrait de presse, La Capitale : "Débat des têtes de liste sur l’emploi : les pistes pour réduire le taux de chômage !"

Extraits de l'article publié par La Capitale :

Suite du débat des têtes de liste de six formations politiques à Bruxelles. Après la mobilité et la sécurité,  les candidats DéFI, PTB, MR, Les Engagés, PS et Ecolo abordent le thème de l’emploi et de la formation. 

Monsieur Clerfayt, en tant que ministre bruxellois de l’Emploi, quelles sont les avancées enregistrées en matière de lutte contre le chômage, qui reste élevé à Bruxelles, surtout parmi les jeunes dans certains quartiers ? Un mot également sur l’audit de la Cour des comptes relatif au fonctionnement d’Actiris… 
Bernard Clerfayt (DéFI) : Nous avons à Bruxelles un taux de chômage de 15 % en moyenne et de 24 % chez les jeunes. Mais quand on regarde la dynamique de l’évolution, on est dans la bonne direction. On vient d’un taux de 22 % et on a fortement diminué le chômage chez les jeunes. Nous avons instauré chez Actiris un bilan de compétences professionnelles, linguistiques et numériques pour tout nouveau chercheur d’emploi inscrit. Il sert à déterminer son parcours de recherche d’emploi ou d’amélioration de ses compétences par une formation en fonction de ses orientations. Sur les recommandations de la Cour des comptes dans le cadre de l’audit d’Actiris, une série d’entre elles sont déjà mises en œuvre (accélération de l’accueil et de l’activation des chercheurs d’emploi). J’ai déposé un nouveau texte au gouvernement sur l’accompagnement des chercheurs et un autre sur le contrôle de la disponibilité, non pas pour sanctionner mais pour aider plus rapidement la personne à renforcer ses compétences et s’orienter vers les mécanismes d’aide. Exemple : la reprise des études (avec maintien des indemnités de chômage) en vue d’un métier en pénurie : enseignant, infirmière, chauffeur, informaticien… On va améliorer la formation en alternance et on développe des formations en fonction des besoins des employeurs et des syndicats, des pôles formation-emploi.
[…]

Actiris veut accompagner 3000 jeunes en situation NEET

Actualité
Accompagner les jeunes chercheurs d’emploi les plus vulnérables

Actiris présente aujourd'hui les nouveaux partenaires sélectionnés pour accompagner les jeunes en situation NEET (Not in Education, Employment, or Training) vers le marché de l'emploi d'ici à 2027. Avec ces nouveaux partenaires, Actiris vise à accompagner 3.000 personnes sur 4 ans.

Accompagner les jeunes chercheurs d’emploi les plus vulnérables et réduire le chômage de longue durée

L'appel à projets s'inscrit dans les priorités du nouveau programme FSE+ 2021-2027, à savoir l'intégration des chercheurs d'emploi éloignés du marché du travail dans des emplois de qualité. Il est aussi en ligne avec objectifs stratégiques de l'actuel contrat de gestion 2023-2027 d'Actiris :

  • Proposer une offre de service ciblée et adaptée dans un objectif de mise à l’emploi et accroître la mise à l’emploi de chercheurs d’emploi les plus vulnérables en renforçant l’articulation entre antenne et service spécialisé 
  • Contribuer à réduire le chômage de longue durée pour augmenter le taux d'emploi

7 partenaires sélectionnés

« Après un appel à projets, ce sont finalement 7 partenaires qui ont été sélectionnés pour nous soutenir dans l'accompagnement des NEETs au cours de 4 prochaines années. Nous sommes heureux de faire appel à leur expertise pour travailler avec ce public spécifique et les rapprocher au mieux du marché de l'emploi » déclare Cristina Amboldi, directrice générale d'Actiris.

ART2WORK

ART2WORK est un laboratoire de recherche et d'innovation sociale dont la mission est d'aider les jeunes bruxellois à trouver leur place sur le marché du travail. Pour ce faire, art2work propose différents parcours, chacun axé sur le développement personnel en vue d'un avenir professionnel. Les portes sont ouvertes aux jeunes de toute la région bruxelloise, mais le projet s'adresse plus particulièrement aux jeunes des environs du canal et de la porte de Ninove.

Backstage.Network

“NicetoNEETyou” est un programme de l'asbl Backstage.Network visant la remobilisation et l’accompagnement des jeunes en situation ​ "NEET". ​ L'asbl promeut une vision alternative et optimiste des jeunes, tournée vers leurs ressources et leurs opportunités.

Leur méthodologie repose sur 3 engagements : une solution pour tous les types de profils, inspirer les jeunes à se projeter positivement dans l'avenir et les intégrer de manière durable dans la société et donc à l'emploi. 

Groep INTRO

Groep INTRO Anderlecht accompagne les jeunes vers un projet professionnel adapté : travail, reprise d'études ou stage. Un coach leur est attribué, qui trace avec eux un itinéraire et franchit toutes les étapes avec lui. Leur approche consiste à se connecter aux jeunes en leur offrant un endroit d'écoute où ils peuvent raconter leurs histoires tout en se préparant à leur projet professionnel. En se concentrant sur l'autonomisation des jeunes, ils partent de leurs talents et de leurs centres d'intérêt pour leur donner un coup de pouce qui leur permettra de démarrer leur carrière avec succès.

InBrussel

L'approche novatrice de InBrussel commence par des simulations de "Job Days", où l'association rencontre directement les jeunes dans leur environnement avec de véritables offres d'emploi réparties par secteur. Ensuite, leurs Job Coaches travaillent en étroite collaboration avec les jeunes pour identifier leurs besoins, leurs freins, leurs obstacles, ainsi que les secteurs et les métiers qui les intéressent. Ils mettent en place un plan d’action clair qui sert de point de départ pour commencer à postuler. 

Infor Jeunes Bruxelles

Le tout nouveau Service Trec-One Jobcoaching d’Infor Jeunes Bruxelles accompagne individuellement les jeunes NEETs dans leur recherche d’emploi. Dès le premier rendez-vous, le jobcoach travaille à stabiliser la situation du jeune pour lui permettre de construire son projet d’insertion en toute sérénité, lui redonner confiance en lui et l’outiller. Une fois le projet défini, le jobcoach l’accompagne dans toutes les démarches utiles à sa réalisation. 

JES

JES ASBL est une organisation qui soutient les jeunes de Bruxelles dans des domaines tels que l'emploi. Elle s'adresse spécifiquement aux jeunes en situation de NEET et utilise son réseau local de travailleurs de rue et de services à a la jeunesse pour rechercher activement ces jeunes. En collaboration avec un coach professionnel, ils travaillent sur leurs compétences de base et participent à des sessions individuelles et collectives. L'objectif ultime de ce parcours est d'établir un lien durable entre les jeunes et un employeur engagé qui les guide sur le lieu de travail. 

OrientaEuro

OrientaEuro propose un programme d'accompagnement en français, anglais ou espagnol dans différents lieux à Bruxelles (Etterbeek, Arts-Loi et Molenbeek). Leur programme contient un coaching individuel, la possibilité d'effectuer de petits projets rémunérés via la plate-forme "RingTwice" (partenaire du projet), des interactions au sein d'entreprises partenaires ainsi qu'une phase de suivi une fois que le jeune a un projet défini. 

À propos des jeunes en situation NEET

Les jeunes en situation NEET sont un public très spécifique, éloigné du marché de l'emploi et méfiant à l'égard des institutions. Il est donc important que chaque accompagnement soit réalisé de manière individuelle, en fonction du profil du jeune en question. Pour pouvoir entamer un parcours, le jeune doit être domicilié à Bruxelles, être âgé entre 18 et 30 ans, n'être ni à l'emploi, ni aux études, ni en formation et ne pas être suivi dans le cadre d'autres mesures d'accompagnement proposées par Actiris (entre autres). Entre 2019 et fin 2022, 2.880 accompagnements ont été réalisés par Actiris et ses partenaires pour ce public. ​ 

Le nombre de jeunes en situation NEET a diminué au cours de ces dernières années. Le taux de jeunes en situation NEET de 18 à 29 ans en Région Bruxelles-Capitale a diminué et est passé de 19,1% à 14,2% en 5 ans, notamment grâce aux accompagnements réalisés par Actiris et ses partenaires. 

--

Source : communiqué de presse d’Actiris de ce 23 mai 2024

Ceci pourrait aussi vous intéresser :

Bilan de compétences

Extrait de presse
Extrait de presse, La Libre : "Actiris: ce qui va changer à partir du 1er mars".

Extraits de l'article publié par La Libre:

Offert depuis septembre dernier à tous les jeunes de moins de 30 ans venant s'inscrire pour la première fois auprès d'Actiris, le bilan de compétences linguistiques et numériques sera également proposé à partir de ce 1er mars à tous les chercheurs d'emploi bénéficiant d'allocations de chômage, indique mercredi le ministre régional de l'Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI).

[…]

"Aujourd'hui, les langues et le numérique sont des compétences transversales, recherchées dans de très nombreux secteurs. Si on veut atteindre l'objectif de mettre plus de Bruxellois à l'emploi, il faut faire monter en gamme leur niveau de compétences. On ne peut plus tolérer qu'un chercheur d'emploi qui ne trouve pas de travail ne s'inscrive pas dans un parcours de formation. Se former, c'est évoluer", estime le ministre Bernard Clerfayt.

[…]

Le salon bruxellois de l'emploi

Extrait de presse
Extrait de presse, La Capitale : "Bon succès du salon bruxellois de l’emploi et de la formation à Tour&Taxis".

Extraits de l'article publié par La Capitale :

[…]

Ce jeudi, le Ministre bruxellois de l’Emploi, Bernard Clerfayt, inaugurait officiellement le salon à Tour&Taxis. « C’est très important que les gens puissent avoir accès à de l’information sur les emplois disponibles. Il y en a beaucoup dans la région bruxelloise », se réjouissait-il.

[…]

Un bilan de compétences pour tous les chômeurs bruxellois

Actualité
Photo d’une salle de formation équipée d’ordinateurs.

Depuis le 1er septembre 2023, tous les jeunes qui viennent s’inscrire chez Actiris peuvent bénéficier d’un bilan de compétences linguistiques et numériques. Dès ce 1er mars, il sera étendu et proposé à tous les chercheurs d’emploi bénéficiant d’allocations de chômage.

Pour renforcer et améliorer l’accompagnement des chercheurs d’emploi bruxellois, Actiris dispose depuis ce 1er septembre d’un nouvel outil : le bilan de compétences. En pratique, depuis la rentrée dernière, tous les jeunes de moins de 30 ans qui s’inscrivent chez Actiris pour la première fois, peuvent bénéficier d’un bilan de compétences linguistiques et numériques. Le but : objectiver leur niveau en langues et en informatique de base afin de leur proposer un parcours de formation adapté.

« Se former, c’est évoluer »

« Aujourd’hui, les langues et le numérique sont des compétences transversales, recherchées dans de très nombreux secteurs. Si on veut atteindre l’objectif de mettre plus de Bruxellois à l’emploi, il faut faire monter en gamme leur niveau de compétences. On ne peut plus tolérer qu’un chercheur d’emploi qui ne trouve pas de travail ne s’inscrive pas dans un parcours de formation. Se former, c’est évoluer », insiste le Ministre Bernard Clerfayt.

1400 tests langues et 1600 tests numériques effectués

Et dès ce 1er mars, le bilan de compétences sera étendu et proposé à tous les chercheurs d’emploi bénéficiant d’allocations de chômage. Plus de 50.000 chercheurs d’emploi bruxellois pourraient donc bénéficier de ce bilan de compétences linguistiques et numériques. Actuellement, près de 1400 tests langues et 1600 tests numériques ont déjà été effectués. 

« Avec le bilan de compétences, l’enjeu est de passer des compétences déclarées aux compétences vérifiées. Pour qu’Actiris acquiert plus de crédibilité aux yeux des employeurs, il doit plus et mieux connaître son public afin d’être en mesure de leur proposer des candidats adéquats », rappelle Bernard Clerfayt.

Trouver une formation en Région de Bruxelles-Capitale

Actualité
Pour que les chercheurs d'emploi puissent trouver une formation plus facilement, Bruxelles Formation publie son catalogue de formation 2024. Photo illustrant une salle de cours, personnes en formation.

Le catalogue de l’offre de formation 2024 de Bruxelles-formation en lien ci-dessous propose 24.500 places de formation aux chercheurs d’emploi bruxellois. Près de 80% de ces places sont professionnalisantes, c’est 12% de plus qu’en 2023. Le chercheur d’emploi peut y trouver une formation dans laquelle il apprend un métier de A à Z. Tout comme il peut trouver une formation qui soit complémentaire à ses acquis et à son expérience.

Relever le défi des compétences

Bilan de compétences systématique pour les chercheurs d’emploi, priorité à la formation, revenu de formation doublé, recentrage sur l’accompagnement des chercheurs d’emploi, développement des pôles formation emploi, voilà autant de priorités politiques et de mesures qui vont dans la même direction : relever le défi des compétences pour relever celui de l’emploi. Dans cette optique, que chaque chercheur d’emploi puisse trouver une formation en Région de Bruxelles-Capitale est une priorité.

Trouver une formation grâce au classement par domaines

Les priorités établies pour les programmes de formation sont bien lisibles dans l’offre de formation 2024, en termes de places et d’heures. Gestion, numérique et langues viennent en tête des domaines de formation, tout comme l’Horeca, la construction, la santé, le transport et la logistique. Les formations disponibles sont classées par domaines de formation, ainsi le lien « formations – métiers – secteurs » permet aux chercheurs d’emploi de trouver une formation plus aisément. Quand on sait que 70% des heures en formation professionnalisante sont en lien avec les métiers qui recrutent, on mesure à quel point la volonté de faire de la formation une porte ouverte vers l’emploi est déjà une réalité.

En plus du catalogue de formation, l’outil « Dorifor » donne accès au calendrier actualisé et permet de s’inscrire en ligne.

Liens utiles

Formations aux métiers industriels ou technologiques

Extrait de presse
Extrait de presse, La Dernière Heure : "Quatre personnes sur cinq formées à Technocity décrochent un job".

Extraits de l'article publié par la Dernière Heure :

Quelque 82% des stagiaires formés à Technocity, le premier pôle Formation Emploi ayant vu le jour à Bruxelles il y a cinq ans, ont décroché un emploi, ont indiqué jeudi le ministre bruxellois de l'Emploi et de la Formation, Bernard Clerfayt, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et Karine Lalieux, ministre fédérale en charge de Beliris.

En cinq ans, ce pôle dédié aux métiers industriels et technologiques (ascensoriste, technicien HVAC, soudeur ou encore électromécanicien), a formé plus de 7.500 personnes aux métiers industriels et technologiques, ont indiqué les autorités bruxelloises, lors d'une conférence de presse bilan.

[…]

Lire l'article complet sur le site de la Dernière Heure