Convention de coopération avec la Défense

Extrait de presse
Extrait de presse, Le Soir : «Emploi et formation : la Défense, Actirs et Bruxelles Formation vont collaborer»

Extrait de l'article publié par Le Soir

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, et le ministre
régional de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Bernard Clerfayt, ont signé une convention de
coopération entre la Défense, Actiris et Bruxelles Formation qui vise à promouvoir la coopération entre les
institutions publiques dans le domaine du travail et de l’emploi.

La qualification des chercheurs d'emploi

Extrait de presse
Extrait de presse, Moustique : "Retour au travail ou au point de départ ?"

Extraits de l'article proposé par Moustique

La Wallonie et Bruxelles ont fait de l’activation des demandeurs d’emploi une priorité. La stratégie repose avant
tout sur des cycles de formation.

[…] Pauline Lorbat est la porte-parole du ministre bruxellois chargé de l’emploi, Bernard Clerfayt. Celui-ci vient d’annoncer un nouveau plan obligeant les chercheurs d’emploi de la Région Bruxelles-Capitale à se former. “Ce plan répond à la réalité qu’en Région bruxelloise, il y a des emplois mais un problème de compétences. À Bruxelles, 64% des postes de travail réclament des compétences spécifiques mais, parallèlement, 60% des demandeurs d’emploi ont au maximum un diplôme du secondaire. Il y a donc un déphasage entre les exigences des employeurs et la compétence des demandeurs d’emploi. La solution c’est que ceux-ci montent en gamme dans leur niveau de connaissances. L’objectif du plan est de permettre en particulier à ceux et celles qui sont plus éloignés du marché du travail (qui ont passé plus d’un an au chômage) de bénéficier d’un parcours de formation. Il ne s’agit pas d’obliger quelqu’un à suivre une formation précise, mais de l’obliger à se former à un métier qu’il veut exercer.” […]

Accord pour le recrutement et la formation aux métiers de la Défense

Actualité
Ce mardi 10 mai 2022, à l’École Royale militaire, la Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort et le ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation, Bernard Clerfayt, Actiris et Bruxelles Formation, ont signé un vaste accord pour le recrutement et la formation aux métiers de la Défense.

Ce mardi 10 mai 2022, à l’École Royale militaire, la Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort et le ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation, Bernard Clerfayt, Actiris et Bruxelles Formation, ont signé un vaste accord pour le recrutement et la formation aux métiers de la Défense.

Cette initiative politique rencontre les objectifs fédéraux et régionaux poursuivis par les ministres : consolider les services de la Défense et augmenter le taux d’emploi en Région bruxelloise.

« La Défense recherche des centaines de collaborateurs. À Bruxelles, Actiris dispose de la plus grande réserve de talents. Ce nouvel accord va donc permettre d’augmenter le taux d’emploi des Bruxellois, notamment grâce à la transmission de toutes les offres d’emploi à Actiris. C’est le meilleur moyen pour, à la fois, répondre aux vacances d’emploi et permettre à plus de Bruxellois de décrocher un emploi », se réjouit Bernard Clerfayt.

De l’information à la formation

Le nouveau partenariat entre la Défense, Actiris et Bruxelles Formation favorisera le recrutement de personnel pour le département de la Défense. Pour ce faire, un processus de recrutement spécifique est mis en place : depuis l'information des chercheurs d’emploi, leur orientation vers des métiers accessibles à la Défense, l'organisation d’évènements rassembleurs, la mobilisation des chercheurs d’emploi ainsi que la formation des candidats et des travailleurs. 

De nouvelles fonctions militaires et civiles ouvertes en 2022

Près de 200 fonctions de recrutement comme militaire et de nombreuses fonctions comme fonctionnaires civils sont ouvertes en 2022 à la Défense et concernent des quartiers situés en région bruxelloise.

Comment s’organise ce partenariat ?

Ainsi, il est notamment prévu que La Défense transmette l’ensemble de ces offres d’emploi sur le territoire de Bruxelles à Actiris. L’office bruxellois de l’emploi assurera ensuite une diffusion large de ces postes auprès de son public. Ensuite Actiris s’engage à présenter des chercheurs d’emploi « labellisés » pour chaque offre d’emploi. La présélection des candidats est ainsi assurée par du personnel d’Actiris spécialisé dans le secteur.

Ce rapprochement entre le département fédéral de la Défense et Bruxelles permet également d'étendre les possibilités de formation des chercheurs d’emploi et du personnel de la Défense. Bruxelles Formation s’engage ainsi à adapter ou à développer son offre de formation en fonction des besoins exprimés par La Défense.

Bernard Clerfayt interviewé lors de la signature de l'accord pour le recrutement et la formation aux métiers de la Défense
Bernard Clerfayt interviewé lors de la signature de l'accord pour le recrutement et la formation aux métiers de la Défense

Ceci pourrait vous intéresser :

Actiris, Bruxelles Formation et La Défense s’engagent pour l’emploi des Bruxellois

Communiqué de presse

Ce mardi 10 mai 2022, à l’Ecole Royale militaire, la Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, le Ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort et le Ministre bruxellois de l’emploi et de la Formation, Bernard Clerfayt, Actiris et Bruxelles Formation ont signé un vaste accord de collaboration en matière de recrutement et de formation. Objectif final : permettre à plus de Bruxellois de décrocher un emploi, d’autant que près de 200 fonctions de recrutement comme militaire et de nombreuses fonctions comme fonctionnaires civils sont ouvertes en 2022 à la Défense et concernent des quartiers situés en région bruxelloise.

Ce partenariat entre la Défense, Actiris et Bruxelles Formation vise à favoriser le recrutement de personnel pour le département de la Défense, au travers notamment de l’ensemble du processus de recrutement : depuis l'information des chercheurs d’emploi, leur orientation vers des métiers accessibles à la Défense, l'organisation d’évènements rassembleurs, la mobilisation des chercheurs d’emploi ainsi que la formation des candidats et des travailleurs. 

Ainsi, il est notamment prévu que La Défense transmette l’ensemble de ces offres d’emploi sur le territoire de Bruxelles à Actiris. L’office bruxellois de l’emploi assurera ensuite une diffusion large de ces postes auprès de son public. Ensuite Actiris s’engage à présenter des chercheurs d’emploi « labellisés » pour chaque offre d’emploi. La présélection des candidats est ainsi assurée par du personnel d’Actiris spécialisé dans le secteur.

Ce rapprochement entre le département fédéral de la Défense et Bruxelles permet également d'étendre les possibilités de formation des chercheurs d’emploi et du personnel de la Défense. Bruxelles Formation s’engage ainsi à adapter ou à développer son offre de formation en fonction des besoins exprimés par La Défense.

Cette initiative politique veut aussi permettre de rencontrer les objectifs politiques fédéraux et régionaux poursuivis par les Ministres qui visent respectivement à consolider les services de la Défense et à augmenter le taux d’emploi en Région bruxelloise.

Grâce à cet accord de partenariat avec Actiris, Ludivine Dedonder poursuit sa politique de consolidation de la Défense. Ludivine Dedonder : « Aujourd’hui nous formalisons notre collaboration avec la Région bruxelloise. Cette collaboration permet d'augmenter les possibilités qu'offrent Actiris et le VDAB et permet à la Défense de se présenter aux chercheurs d’emplois bruxellois. Avec mon projet politique de reconstruction de la Défense centré sur son personnel, il était nécessaire d’optimiser les processus pour informer, engager et former les futurs collaborateurs potentiels de la Défense. Ces partenariats avec chacune des Régions permet de tenir compte des spécificités régionales tout en permettant à la Défense de jouer davantage son rôle en termes d’emplois, de formation et de perspectives de carrière. Faire renouer la Défense avec son rôle d’ascenseur sociale et de pourvoyeur d’avenir est l’un de mes projets pour le département ».

« Cette collaboration entre la Défense et la Région doit permettre à l’ensemble des chercheurs et chercheuses d’emploi bruxellois qui le souhaitent d’accéder à la variété des emplois vacants au sein de la Défense.  Il s’agit donc d’élargir leurs opportunités de carrière en leur faisant mieux connaitre les métiers de la Défense », déclare Rudi Vervoort.

« La Défense recherche des centaines de collaborateurs. A Bruxelles, Actiris dispose de la plus grande réserve de talents. Ce nouvel accord va donc permettre d’augmenter le taux d’emploi des Bruxellois, notamment grâce à la transmission de toutes les offres d’emploi à Actiris. C’est le meilleur moyen pour, à la fois, répondre aux vacances d’emploi et permettre à plus de Bruxellois de décrocher un emploi », se réjouit Bernard Clerfayt.

Plus d’infos ?

  • Rodolphe Polis | Attaché de presse de Ludivine Dedonder - 0478/335.735 
  • Zeynep Balci | Porte-parole de Rudi Vervoort - 0498 81 65 14
  • Pauline Lorbat | Porte-parole de Bernard Clerfayt - 0485 89 47 45

Visibilité et cohérence des services d’orientation scolaire et professionnelle

Actualité
Signature de la charte pour l'orientation tout au long de la vie, les ministres responsables et les services partenaires

Les services d’orientation scolaire et professionnelle doivent être facilement accessibles pour les personnes qui ont à faire le choix d'études ou de formations professionnelles. Pour ce faire, la charte pour une orientation tout au long de la vie vient d’être signée par Caroline Désir, Ministre de l’Education, Valérie Glatiny, Ministre de l’Enseignement supérieur, Christie Morreale, Ministre wallonne de l’Emploi et de la formation, Willy Borsus, Ministre wallon de l’IFAPME et des Centres de compétences, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle et l’ensemble des acteurs.

28 engagements pour une meilleure orientation scolaire et professionnelle.

Les objectifs de la charte sont multiples : mettre de la cohérence et de la qualité dans l’offre de service, de la fluidité dans les parcours des usagers et avancer dans une direction commune.

Ainsi, parmi les 28 engagements, les acteurs s’engagent notamment à travailler ensemble dans un esprit de collaboration, s’organiser en réseau, planifier leurs activités de manière concertée, participer aux projets et activités communs (échanges de bonnes pratiques, mise en commun des outils existants, etc.). Ou encore, à intégrer la formation continue des conseillers en orientation.

Il s’agit donc de créer des synergies, de valoriser les idées ou les projets innovants au bénéfice des usagers.

Tous, tout au long de la vie

Choisir des études, changer de voie, réussir une transition de carrière : l’orientation concerne donc les jeunes, leurs familles mais aussi de nombreux adultes qui doivent ou souhaitent, au cours de leur vie professionnelle, se reconvertir.

Plus que jamais, les techniques et les pratiques professionnelles d’accompagnement son indispensables pour faire de l’orientation un outil de lutte contre les déterminismes sociaux et de genre. Il s’agit de permettre à chacun de trouver sa voie et de s’épanouir.

L’orientation doit l’élargir, diversifier les appétences, suggérer des centres d’intérêt évolutifs.

Le ministre Bernard Clerfayt lors de la signature de la charte pour l'orientation tout au long de la vie avec à sa gauche Madame Glatigny, Ministre de l'Enseignement de la FWB et à sa droite la représentante du Ministre Willy Borsus, Vice-président de la Région Wallonne.
Le ministre Bernard Clerfayt lors de la signature de la charte pour l'orientation tout au long de la vie, avec à sa gauche Madame Glatigny, ministre de l'Enseignement de la FWB et à sa droite la représentante du Ministre Willy Borsus, Vice-président de la Région Wallonne.

 

La Belgique francophone améliore l’orientation de son public

Communiqué de presse

Le paysage de l’orientation est extrêmement fragmenté en Belgique francophone, où l’on compte plus de 60 acteurs différents. Pourtant l’orientation permet de choisir sa voie. Pas toujours facile, que l’on soit jeune ou moins jeune. Pas toujours facile non plus de savoir à qui s’adresser. C’est pourquoi, une charte partenariale pour une orientation tout au long de la vie vient d’être signée par Caroline Désir, Ministre de l’Education, Valérie Glatiny, Ministre de l’Enseignement supérieur, Christie Morreale, Ministre wallonne de l’Emploi et de la formation, Willy Borsus, Ministre wallon de l’IFAPME et des Centres de compétences, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle et l’ensemble des acteurs.

L’orientation, c’est la base. Scolairement, c’est conseiller un enfant sur le métier qu’il peut choisir. Professionnellement, c’est accompagner l’adulte dans son choix de carrière ou sa réorientation. L’orientation concerne donc les jeunes, leurs familles mais aussi de nombreux adultes qui doivent ou souhaitent, au cours de leur vie professionnelle, se reconvertir. Elle doit leur apporter une aide précieuse dans les périodes de transition, tant scolaires que professionnelles, et cela tout au long de leur vie.

A ce titre, elle est au cœur des politiques d’enseignement, d’emploi et de formation.

Seulement, l’offre d’orientation subit plusieurs écueils. Elle est notamment d’une grande diversité, trop segmentée par public cible et regroupe de nombreux acteurs, ce qui brouille la lisibilité du paysage pour les usagers.

C’est sur base de ces constats et de l’urgence d’articuler, d’optimiser et de professionnaliser l’offre, que l’ensemble des acteurs de l’orientation dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie ou encore de la Région bruxelloise s’unissent autour d’une charte commune.

Une charte partenariale pour une meilleure orientation.

Les objectifs de la charte sont multiples : mettre de la cohérence et de la qualité dans l’offre de service, de la fluidité dans les parcours des usagers et avancer dans une direction commune.

Ainsi, parmi les 28 engagements, les acteurs s’engagent notamment à travailler ensemble dans un esprit de collaboration, s’organiser en réseau, planifier ses activités de manière concertée, participer aux projets et activités communs (échanges de bonnes pratiques, mise en commun des outils existants, etc.). Ou encore, à intégrer la formation continue des conseillers en orientation.

Il s’agit donc de créer des synergies, de valoriser les idées ou les projets innovants au bénéfice des usagers.

L’orientation doit permettre d’ouvrir le champ des possibles pour parvenir à un choix. Elle doit l’élargir, diversifier les appétences des usagers, suggérer des centres d’intérêt évolutifs. Plus que jamais, l’orientation doit lutter contre les déterminismes sociaux et de genre afin de permettre à chacun de trouver sa voie et de s’épanouir.

Plus d’infos ?
Pauline Lorbat – Cabinet Clerfayt - 0485 89 47 45

Fiber Job Day de Proximus: déployer la fibre avec les talents des chercheurs d’emploi

Actualité
Routeur et fibre optique

Le Fiber Job Day a été organisé ce mercredi 4 mai par Proximus. Objectif ? Faire découvrir à tous les candidats l’éventail des métiers concernés par le déploiement de la fibre optique. Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle est intervenu lors du lancement de cet événement. Ce fut pour lui l’occasion de souligner l’importance de l’initiative et d’inviter les chercheurs d’emploi présents à explorer l’ensemble des opportunités et des tâches qui s’offrent dans le cadre du développement de la fibre. Un engagement professionnel qui a du sens pour l’avenir de la Région bruxelloise et du pays.

Le Fiber Job Day a été l'occasion de présenter des configurations et des démonstrations techniques.

600 collaborateurs à recruter

Le ministre a salué le parcours de formation interne proposé par Proximus, qui prend ainsi sa part de responsabilité pour faire face à la guerre de talents. Que les grandes entreprises investissent dans les parcours de formation est un apport considérable compte tenu du déficit de qualifications en Région bruxelloise. Bien entendu Bernard Clerfayt souhaite que toujours plus de Bruxellois soient mis à l’emploi.

Les 600 postes qui sont nécessaires à la mise en place de ce réseau de fibre optique en Région bruxelloise et sa périphérie ouvrent de belles perspectives pour les chercheurs d'emploi. Leur diversité est favorable pour des profils variés et des tâches au contact des différentes contraintes de terrain. S’inscrire dans cette voie des technologies du futur, c’est non seulement œuvrer aux infrastructures technologiques d’aujourd’hui, mais c’est aussi construire son avenir professionnel.

Liens utiles et autres actus :

Démonstration technique de la mise en place de la fibre optique lors du Fiber Job Day de Proximus.