Smart, une coopérative qui accompagne des milliers de travailleurs autonomes, ouvre le débat sur le monde du travail de demain.

Dans cet interview, le Ministre de l'Emploi Bernard Clerfayt met l’accent sur les opportunités auxquelles doivent faire place nos inquiétudes d’aujourd’hui. De quoi avons-nous besoin pour la relance ? Comment aller de l'avant après ce bouleversement ?

Nous avons besoin de créativité et d’accompagner les nouvelles initiatives. "C’est le moment des créateurs" conclut Bernard Clerfayt.

« On me donne des chiffres inquiétants, entre 10 et 30 mille chômeurs indemnisés de plus à Bruxelles. Le Gouvernement bruxellois avec son administration travaille activement pour définir les meilleurs instruments pour la relance économique. Il faut rappeler qu’avec 20% de l’activité du pays, Bruxelles ne dispose que de moyens qui sont à l’échelle de la part proportionnelle de sa population, c’est à dire 11%. Avec ce budget étriqué, nous allons devoir soutenir 20% de l’activité économique du pays. »

Si Bernard Clerfayt conçoit qu'on ne change pas de généraux en pleine guerre, il n'hésite pas à en appeler à un sérieux débriefing d'après la crise. Il n'est pas normal que nous n'ayons pas au minimum des masques en réserve suffisante pour toutes les personnes qui sont en première ligne.

Il évoque aussi tous les sujets qui sont en lien avec ses compétences de Ministre bruxellois de l'Emploi et de la Formation professionnelle.

La crise que nous vivons, le rôle important de l'Etat dans cette situation, les aspects financiers, autant de sujets abordés lors de cette interview.

Ce mercredi midi, Bernard Clerfayt était l'invité politique de BX1 pour parler des formations en ligne, des titres-services, des primes aux entreprises, et d'autres sujets d'actu dans le cadre de la crise sanitaire.

Le secteur de la construction souffre d'une pénurie structurelle de main-d'œuvre. Le Ministre de l'Emploi et de la formation veut promouvoir le développement d'un pôle de formation avec le secteur. 15 millions vont y être injectés grâce au fond Beliris. Le secteur représente plus de 32.000 emplois en Région bruxelloise.

Première interview de rentrée pour le Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt. A propos des emplois générés par l'économie des plateformes : "De plus en plus de jeunes travaillent pour elles et trouvent de quoi vivre mais on peut se poser la question de la flexibilité du travail. Parfois ils sont un peu sous-payés. Cette flexibilité est utile aux consommateurs mais on doit être certain que derrière il y ait des statuts sociaux corrects. On a un gisement d’emplois dans le service à Bruxelles. On peut avoir un service flexible sans flexibiliser à outrance les conditions de travail"

S'exprimant à propos de l'accès à l'emploi des jeunes : "Le niveau de formation facilite la mise à l’emploi. Il faut faire les études qu’on a envie de faire. Ensuite, il y a des domaines dans lesquels on a de nouveaux emplois: le numérique et les nouvelles technologies."