Encadrer les fermes pédagogiques

Photo prise lors de la visite de la ferme Maximilien par le ministre Bernard Clerfayt

Lors de sa visite de la ferme pédagogique Maximilien, le ministre Bernard Clerfayt a pu se rendre compte des conditions de vie offertes aux animaux. Les projets de la ferme ont été évoqués avec les responsables. Ce fut l’occasion d’aborder les points d'attention pour le bien-être des animaux dans la perspective de l’élaboration de conditions d’agrément.

Il existe 6 fermes pédagogiques en Région bruxelloise : la ferme Nos Pilifs, la ferme d’Uccle, la ferme du Parc Maximilien, la ferme pour enfants de Jette, Happy Farm et Cheval et Forêt.

Optimiser en garantir les conditions de vie des animaux dans les fermes pédagogiques

Que ce soit dans le cadre d’activités scolaires ou de loisirs, l’utilité des fermes pédagogiques ne signifie nullement que les animaux détenus puissent en être les instruments. Là comme ailleurs, leurs besoins d’êtres vivants sont les priorités à respecter.

Le futur Code bruxellois du bien-être animal fixerait l’obligation, pour les fermes pédagogiques, de détenir un agrément. Sur base des recommandations émises par le Conseil bruxellois du Bien-être animal, l’agrément viserait notamment les conditions de détention minimales des animaux ainsi qu’un programme éducatif en lien avec le bien-être animal.

Les conditions de détention se rapporteraient aux structures mais également au nombre d’animaux, ainsi qu’aux espèces pouvant être détenues dans ce type d’infrastructure. Un vétérinaire référent devra aussi être désigné et se rendre au moins deux fois par an à la ferme. 

Cour intérieure de la ferme pédagogique Maximilien

Un agrément conditionné par le respect de la réglementation

« Actuellement, ces fermes ne sont soumises à aucun encadrement spécifique relatif au bien-être animal. L’élaboration du Code bruxellois du bien-être animal est l’occasion d’insérer le principe d’un agrément pour ces parcs animaliers pédagogiques. Celui-ci fixerait les conditions d’agrément mais également les modalités de suspension et de retrait de cet agrément en cas de non-respect de la réglementation », déclare Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

L’importance de l’attention portée au bien-être animal lors des visites

Une attention particulière devra également être accordée au contact des animaux avec le public. Ainsi, les enclos devraient prévoir une zone isolée des visiteurs où les animaux peuvent se retirer à tout moment. La ferme devrait également prendre des mesures concernant le nourrissage par le public pour éviter une alimentation inadaptée ou des quantités inadéquates : panneaux d’information, surveillance permanente ou installation de distributeurs.

Enfin, les programmes éducatifs des fermes devront évoluer pour englober spécifiquement la dimension bien-être animal. « Les fermes pédagogiques jouent un rôle clé dans la connexion des citoyens aux animaux et à la nature. C’est d’autant plus vrai à Bruxelles. Pour l’instant, les programmes pédagogiques de ces fermes sont surtout axés sur l’environnement. C’est important mais il faut y intégrer le bien-être animal. Sensibiliser dès le plus jeune âge au respect des animaux, à leur sensibilité et leur individualité permet de développer le respect de soi-même, d’autrui et de l’environnement », conclut le Ministre bruxellois.

Box pour chevaux dans la ferme pédagogique Maximilien

Renolution : des emplois, de la simplification

Photo : Fresque, création de Suarez Murals. Retrouvez cette fresque au 14, Rue Nicolas Doyen à 1080 Molenbeek-Saint-Jean (gare de l’Ouest) jusqu’au 6 avril 2022.

350 millions d’euros seront investis dans la Stratégie Rénovation « Renolution » d’ici 2024 par la Région de Bruxelles-Capitale. Les nouvelles aides régionales mises à la disposition des Bruxellois, plus accessibles et mieux adaptées, amélioreront l’habitat et réduiront la facture énergétique.

Renolution : une nouvelle étape est franchie

Depuis 2008, pour tous les travaux de structure, constructions ou rénovations lourdes, la Région bruxelloise a édicté des normes strictes. Et en 2015, elle a rendu obligatoire le standard passif pour toutes les constructions neuves. Dans ce contexte, le secteur de la construction a développé un savoir-faire reconnu à l’international. Avec Renolution, nous franchissons une nouvelle étape pour réduire notre consommation d’énergie et assurer un environnement sain pour plus de Bruxellois.

La perspective de 8000 nouveaux emplois

Les 350 millions investis par la Région devraient favoriser la création de 8.000 nouveaux emplois locaux. Ce sont autant de nouvelles opportunités d’emploi pour les Bruxellois.

Renolution exigera des professionnels plus nombreux et mieux formés. Et pour ce faire, « nous avons les outils, les structures, les formations, les incitants pour former tous ceux qui souhaitent s’engager vers les métiers d’avenir de la construction et des techniques du bâtiment durable », rappelle le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt.

Le Pôle Formation Emploi Construcity

Dédié aux métiers de la Construction, Construcity est le trait d’union entre les services publics d’emploi, de formation et le secteur de la construction. Sa mission est de former les chercheurs d’emploi, les jeunes en alternance et les professionnels, aux techniques de construction durable notamment.

Mobiliser le secteur et les chercheurs d’emploi

Dans le cadre d’un plan de lutte contre les métiers en pénurie, le ministre Bernard Clerfayt va organiser une table ronde avec le secteur de la construction. Son objectif est de dégager des pistes concrètes pour sortir les métiers tels que maçon, menuisier, chauffagiste, électricien et tous les autres métiers de la construction de la liste des métiers en pénurie.

Pour les chercheurs d’emploi qui se forment dans un métier en pénurie dont font partie pour ainsi dire tous les métiers de la construction, une indemnité complémentaire de formation est portée à 3€ de l’heure.

Renolution n’oublie pas la simplification administrative

C’en est fini des primes distinctes « énergie » et « Rénovation » : une seule prime, la prime Renolution. Une seule plateforme Renolution permet le traitement en ligne avec l’affichage clair des solutions accessibles, selon les types de travaux. Les primes disponibles s’affichent selon le statut du demandeur (propriétaire, locataire, pouvoir public, commerce, …). De plus les conditions d’accès pour les bénéficiaires sont clarifiées et simplifiées. La procédure unique d’obtention de toutes les primes éligibles est aussi un gain de temps considérable.

Les primes Renolution peuvent être demandées après les travaux, sur présentation de la facture. Les règles relatives aux permis d’urbanisme restent d’application et il est indispensable de respecter toutes les conditions techniques. Parlez-en avec votre entrepreneur avant de débuter votre chantier pour vous assurer qu’elles soient bien respectées. Vous pouvez consulter ici les grandes étapes d’une rénovation pour débuter vos travaux.

Liens et autres actualités :

——
Photo : Fresque, une création de Suarez Murals. Retrouvez cette fresque au 14, Rue Nicolas Doyen à 1080 Molenbeek-Saint-Jean (gare de l’Ouest) jusqu’au 6 avril 2022.

Le premier Cosearching Center en Belgique

Photo : chercheurs d'emplois échangent leurs expériences, Actiris lance le Cosearching

Ce mardi 22 février, Actiris et ses partenaires ont inauguré le premier Cosearching Center de Belgique au sein de BeCentral, en plein centre-ville.

500 à 700 chercheurs d’emploi pourront, chaque année, bénéficier d’une dynamique collective en s’appuyant sur les conseils, l’entraide et le réseautage. « On peut vite perdre confiance en soi lorsque l’on cherche un travail.» se doit de constater le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt.

Le Cosearching : expériences partagées et acquisition de compétences

Concrètement, des groupes de dix chercheurs d’emploi sont constitués et se retrouvent à intervalles réguliers. Confrontés aux mêmes difficultés, les chercheurs d’emploi partagent leurs expériences, se soutiennent et trouvent des solutions ensemble. La formule permet de renforcer la confiance en soi et de sortir de l’isolement. De plus, durant cet accompagnement, les chercheurs d’emploi développent des compétences essentielles pour le marché de l’emploi : créativité, travail en équipe, networking.

Des outils pour optimiser le fonctionnement de chaque groupe de Cosearching

Durant les cinq premières semaines, les chercheurs d’emploi sont accompagnés par un facilitateur. Cet accompagnement a pour objectif de leur donner les clés qui permettent de faire vivre un groupe : la prise de décision, la répartition des rôles, l’écoute active, la capacité de brainstormer et de faire émerger des idées, etc. Au terme de cet accompagnement, une fois tous les outils en main, les groupes se réunissent en toute autonomie, idéalement une fois par semaine.

« C’est plus facile avec d’autres personnes qui sont dans des situations semblables »

Vincent Gadé, 37 ans, a toujours travaillé dans l'horeca et le commerce avant de se lancer, notamment grâce aux ateliers Cosearching dans le web development. Il vient de terminer une formation et un stage chez BeCode. "J'ai découvert l'existence du Cosearching dans une newsletter d'Actiris et je me suis tout de suite inscrit. On se sent parfois seul dans la recherche d'emploi. Les rencontres hebdomadaires, même si en visioconférence, m'ont beaucoup motivé et dynamisé. J'ai pu échanger avec plein de personnes d'âges, d'origines, d'horizons différents que je n'aurais jamais croisés sans les ateliers Cosearching. Nous nous sommes motivés les uns les autres pendant les séances coachées, mais aussi dans la plate-forme numérique Backstage.Network où nous avons commencé à lancer nous-mêmes des projets : des ateliers d'écriture ou d'informatique, des tables de conversation. J'ai pensé très longtemps à me lancer dans l'informatique, mais le déclic est venu lors d'un des ateliers. Aujourd'hui, j'ai déjà fini une formation et un stage et je veux continuer à me former."

Andrea Cuadrado, 38 ans, a participé aux ateliers de Cosearching. Elle affirme qu'ils l'ont aidée en pleine période covid à explorer plusieurs pistes professionnelles et à l'orienter dans sa recherche d'emploi. "J'ai suivi une dizaine de séances durant l'été 2020 dans un groupe de 8 personnes. Je me suis rendue compte qu'il est parfois plus facile de parler de ses rêves, de ses besoins professionnels ou de ses valeurs à d'autres personnes qui sont dans une situation semblable qu'à son propre entourage. Les ateliers de Cosearching ont aussi été un bon outil de réseautage. Finalement, après une expérience de volontariat, j'ai réussi à trouver un emploi chez NewB dans les ressources humaines. Grâce au groupe, j’ai osé me lancer dans ce nouveau job qui me correspond très bien."

Le Cosearching au banc d’essai depuis 2019

À l’initiative d’Actiris, le projet Cosearching.brussels est testé depuis 2019 dans le cadre d’un projet pilote mené en collaboration avec Activ’action, Cocorico and Co, Divers Gens et les Maisons de l’emploi de Forest, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Watermael-Boitsfort et Uccle. Deux autres partenaires ont rejoint le projet en cours de route. D’abord,  Backstage.Network qui a mis en place une plateforme numérique dédiée à la communauté d’entraide : cosearching.brussels. Ensuite, Tracé Brussel qui a assuré le bilinguisme de ce projet.

Une aide précieuse pour les chômeurs de longue durée

Une enquête a été menée après la mise en œuvre du projet pilote. 84% des répondants reconnaissent que le Cosearching leur a permis de gagner en compétences. Le Cosearching peut également apporter une nouvelle solution pour les chômeurs de longue durée. En effet, en 2020, plus de 70% des cosearchers étaient au chômage depuis plus d’un an. Suite aux résultats positifs obtenus durant cette phase de test, fin 2021, le Comité de Gestion d’Actiris a décidé de prolonger la mise en œuvre du projet qui s’adresse désormais à toute personne inscrite chez Actiris et résidant en Région de Bruxelles-Capitale.

Ceci pourrait aussi vous intéresser:

Près de 100.000 inscrits sur Brulingua

Photo d'une personne utilisant l'application Brulingua active sur son smartphone

Grâce à Brulingua, apprendre une langue n’aura jamais été aussi facile. 21.650 Bruxellois se sont inscrits sur Brulingua en 2021. Ils étaient déjà 17.318 à se créer un compte sur la plateforme en 2020.

Actuellement, 97.334 personnes sont inscrites sur Brulingua pour apprendre l’une des 24 langues disponibles. On compte 63% de femmes et 73% des inscrits ont moins de 40 ans. On constate également que l’utilisation de Brulingua augmente avec le niveau d’étude : 34% ont au minimum leur diplôme secondaire.

11.024 personnes inscrites pour le néerlandais

 « L'acquisition de nouvelles compétences, notamment linguistiques, doit devenir un passage obligé pour les chercheurs d'emploi afin d'augmenter leur attractivité auprès des employeurs », déclare Bernard Clerfayt. En 2021, on recensait 11.024 personnes qui souhaitaient développer leurs connaissances en néerlandais, 6.188 en anglais, 5.861 en français 1.203 en allemand. Juste derrière, on retrouve l’espagnol (412), le bulgare (285) et l’italien (201), disponibles sur Brulingua depuis octobre 2021.

D’abord la connaissance des langues officielles

Pour décrocher un emploi en Région bruxelloise ou dans sa périphérie, la connaissance de plusieurs langues est une valeur ajoutée sur le marché du travail. À côté des nombreuses multinationales, bon nombre d’entreprises belges ont leur siège social à Bruxelles. D’ailleurs, parmi les offres d’emploi gérées par Actiris, une sur deux nécessite des connaissances linguistiques explicites. Et parmi celles-ci, plus de 55% requièrent des compétences en français et en néerlandais.

Le test permet d’adapter le niveau des exercices

Lors de l’inscription sur Brulingua, un premier test est effectué pour évaluer la connaissance de la langue et adapter les exercices en fonction. 4.781 Bruxellois ont effectué un test en néerlandais. 3.667 personnes ont réalisé un test en français.

« Le manque de compétences linguistiques chez les chercheurs d'emploi est un défi majeur pour mettre plus de Bruxellois à l’emploi. D’autant plus que 14.000 chercheurs d’emploi n’ont qu’une connaissance élémentaire du français ou du néerlandais. Comment trouver un emploi si l’on ne maîtrise pas l’une des deux langues nationales ? », s’interroge Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

30 employeurs reçoivent les Labels Diversité

Photo : des collaboratrices et collaborateurs d'origines diverses travaillent au sein d'une entreprise ; la diversité est une richesse et peut faire partie d'une véritable stratégie d'entreprise.

Actiris a décerné les 13èmes Labels Diversité. Ces labels sont octroyés aux entreprises qui, à la suite de la mise en place d’un plan diversité, ont fait l’objet d’une évaluation positive par Actiris. Ce plan, ce sont des actions concrètes de promotion de la diversité et de lutte contre les discriminations. 30 d'entre elles ont reçu un label cette année.

Depuis 2010, Actiris a déjà aidé au total 273 employeurs à mettre sur pied un plan diversité et cela concerne plus de 100.000 travailleurs en Région bruxelloise.

L’obtention du Label Diversité, une marche à suivre en trois étapes

La première étape consiste en un état des lieux. Actiris analyse la situation existante au sein de l’entreprise en matière de diversité.

Suite à ce bilan, Actiris met en place un plan d’action avec l’employeur. Ces actions ont pour objectif d’améliorer la diversité dans l’entreprise. Elle est déterminée à partir d’un ou plusieurs des groupes bénéficiaires de la politique de diversité bruxelloise (origine, âge, handicap, scolarité et genre) et des domaines d’intervention (recrutement et sélection, gestion du personnel, communication interne et positionnement externe).

Enfin, après deux ans de mise en application de ce plan diversité, l'entreprise est soumise à une évaluation. Lorsque celle-ci est positive, l’entreprise peut alors introduire une demande de label auprès de la Région. Le label est attribué par le Ministre de l'Emploi de la Région de Bruxelles-Capitale aux employeurs qui reconnaissent, respectent et valorisent les différences dans l'environnement professionnel. Le label est valable deux ans durant lesquels l’entreprise peut l’utiliser librement dans toutes ses communications. Il peut être prolongé en cas de nouvelle évaluation positive ce qui peut alors permettre à l’entreprise de travailler sur de nouvelles thématiques.

Une stratégie d’entreprise

Pour Bernard Clerfayt, Ministre de l’Emploi,  «permettre à tous les Bruxellois, peu importe leur âge, leur sexe, leur lieu de résidence ou encore leur origine, d'accéder à l'emploi : voilà le véritable défi à Bruxelles. La diversité représente un potentiel de richesse pour les employeurs. Mais aujourd'hui, certains blocages subsistent pour faire de la diversité une véritable stratégie d'entreprise. C'est pourquoi, en développant des outils adaptés comme les plans de diversité ou les labels, les services publics travaillent avec les entreprises bruxelloises pour faire de la diversité une richesse incontestable.»

Les entreprises labelisées

La liste des récompensés pour cette année 2021 est la suivante : Médecins du Monde, Info-Sourds, Faceo, Cegelec, Maison d’Enfants Actiris, Hoppa, Chapelle de Bourgogne, Turbel, InBrussel, COIB-BOIC, Bruxeo, SAP-Belgium&Lux, les Cliniques de l'Europe, la VUB, la SNCB, Randstad, Espace Social Télé Service, Audi, Gammes, Multijobs, GAMS, Sophia Group, CP Group, BePax, Justice & Paix, Amnesty International (BF), L’Oreal, Eko Services, Pfizer et Eurobussing (Keolis). 

Transport des animaux : la Région bruxelloise garantit leur bien-être

Photo d'un cheval prêt pour un transport routier. Le transport des animaux va être réglementé en Région bruxelloise

Sur proposition de Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal, le gouvernement a approuvé en dernière lecture un arrêté définissant les conditions de transport non-commercial d’animaux agricoles.

« Aucune règle précise n’était définie pour les transports non-commercial d’animaux agricoles et on a pu observer des transports « sauvages » d’animaux agricoles. Cet arrêté établit des règles claires ce qui permettra de décourager les transports totalement inadaptés et facilitera les contrôles réalisés par les agents », explique Bernard Clerfayt.

Tous les animaux agricoles concernés

Vache, cheval, cochon mais aussi poule et lapin… Chaque année, des milliers d’animaux circulent en Région bruxelloise. Parfois, pas toujours dans les meilleures conditions. En 2017, le gouvernement bruxellois avait adopté un arrêté fixant les règles de transport. Seulement, celui-ci posait plusieurs difficultés qui le rendait inapplicable et il ne ciblait que certains types d’animaux agricoles.

En effet, la législation précédente ne visait pas les lapins, les volailles ou l’ensemble des équidés, permettant ainsi à certains d’échapper à l’encadrement fixé. Toute personne souhaitant se déplacer avec un animal agricole doit respecter les normes minimales établies dans l’arrêté et être en possession du « document de circulation bien-être animal » dûment complété. Un document type sera téléchargeable sur le site de Bruxelles environnement. 

Les documents de circulation exigés par l’AFSCA pourront remplacer le document de circulation bien-être animal pour autant que toutes les informations requises dans le document de Bruxelles Environnement se trouvent sur ces documents. Cela signifie donc que le particulier transportant son cheval, par exemple, doit être en possession du document de circulation dûment complété.

Les conditions du transport

C’est pourquoi, afin de garantir le bien-être des animaux durant leur transport, le gouvernement bruxellois a adopté de nouvelles conditions. Le transporteur devra notamment être porteur du document de circulation bien-être animal complété et le transport est interdit en dessous de 5°C et au-dessus de 30°C. Enfin, le moyen de transport doit :

  • assurer la sécurité des animaux
  • disposer d’une litière, résister aux chocs
  • être ventilé
  • permettre l’entrée de lumière naturelle.

En outre, les animaux ne peuvent être attachés par les cornes, les bois ou les boucles nasales. Les pattes ne peuvent être liées ensemble.

Mesures particulières pour certaines espèces

Pour certaines espèces, des conditions spécifiques ont été définies. Ainsi les lapins ne peuvent être transportés dans une boîte en carton. Et les volailles doivent obligatoirement être transportées dans une caisse où l’animal peut se tenir debout.

Ces nouvelles modalités de transport entreront en vigueur vers la fin du mois de février 2022.

Emploi : les fonctions critiques 2020 en Région de Bruxelles-Capitale

visuel générique illustrant les interactions dans la recherche d'emploi et la présence toile de fond des technologies du numérique

Le rapport « Analyse des fonctions critiques 2020 en Région de Bruxelles-Capitale », édité par View.brussels en décembre dernier, identifie 111 fonctions critiques. Plus de la moitié de celles-ci, 68 fonctions, peuvent être qualifiées de structurelles. Il s’agit notamment de plusieurs professions du non-marchand dont principalement les personnels enseignant et infirmier, des fonctions commerciales de vendeurs et de représentants, des métiers de l’artisanat, de métiers techniques, de la construction, des informaticiens et des ingénieurs ou encore de diverses fonctions administratives.

En étudiant les fonctions critiques, on est au cœur de la relation formation-emploi. Ces informations sont particulièrement utiles pour adapter et développer les offres de formation, pallier aux manques et donc favoriser l’accès à l’emploi des Bruxellois.

Critères, types et déterminants définissant les fonctions critiques

Trois critères cumulés

  • minimum 20 offres d’emploi reçues pour cette profession au cours de l’année ;
  • un taux de satisfaction des offres d’emploi pour la profession inférieur au taux de satisfaction calculé pour l’ensemble des professions ;
  • une durée médiane nécessaire pour clôturer les offres relatives à cette profession  plus longue que la durée médiane d’ouverture de l’ensemble des offres d’emploi.

Fonction critique structurelle

Une fonction critique devient structurelle si elle est critique au cours l’année de référence (ici 2020) et ce pour la troisième fois, ou est critique au moins trois fois au cours des 5 années précédentes.

Les déterminants

Trois types de facteurs sont identifiés comme déterminants pour l’émergence et la persistance des fonctions critiques.

  1. les facteurs quantitatifs, le déficit de candidats pour une profession déterminée ;
  2. les facteurs qualitatifs, les candidats ne répondent pas aux exigences (formation, expérience, connaissances linguistiques, numériques, soft-skills.
  3. les facteurs liés à la perception subjective de la fonction, du secteur, etc.

Des informations concrètes et détaillées

Le rapport d’une centaine de pages contient notamment un tableau listant les fonctions critiques. Il présente en parallèle, et pour chaque fonction, les critères qui ont déterminé la sélection de la fonction (cfr supra), le niveau de la récurrence et l’état actuel de l’offre de formation. (Consulter le tableau des fonctions critiques, extrait du rapport de View.brussels)

Le rapport de View.brussels inclut notamment une description détaillée des principales causes à l’origine des difficultés de recrutement, et ce par fonction. Ces informations ont été recueillies grâce à des avis d’experts sectoriels, tant en interne qu’à l’externe d’Actiris. Les fonctions critiques y sont présentées par groupes professionnels.

Analyse des fonctions critiques et offre de formation

L’élaboration de « l’analyse des fonctions critiques 2020 en Région de Bruxelles-Capitale » s’inscrit dans la collaboration renforcée entre View.brussels, l’observatoire bruxellois de l’emploi et de la formation, et Bruxelles Formation. Le rapport montre comment les fonctions critiques sont prises en considération dans l’offre de Bruxelles Formation.

Ce rapport est d’autant plus important dans un contexte de reprise économique où les transformations du marché du travail doivent être suivies de près. Les difficultés de recrutement des employeurs dont l’actualité fait écho, peuvent ainsi être objectivées grâce à un listage des fonctions critiques et à une analyse détaillée de chaque fonction.

Plus de 88% de l’offre de Bruxelles Formation couvre les fonctions critiques

« En 2020, 78 fonctions critiques sur les 88 qui entrent dans le champ d’action de Bruxelles Formation et de ses partenaires (soit 88,6%) ont été couvertes par un ou plusieurs produits de formation (cette proportion était de 85,4% en 2018 et 87,6% en 2019). Par ailleurs, 49 des fonctions critiques couvertes (62,8%, soit autant qu’en 2019) sont en lien direct avec au moins une formation dispensée par l’un de ses centres ou un partenaire. »

Les fonctions critiques et le marché de l’emploi

Le rapport relève que la diversité des causes des difficultés de recrutement exige la mise en place de solutions qui s’adressent à la fois aux demandeurs d'emploi, aux travailleurs, aux entreprises, aux acteurs de l’emploi et de la formation ainsi qu’aux partenaires sociaux pour tenter d’y remédier.

Il pointe aussi l’instauration du télétravail qui vient questionner l’organisation du travail et l’intégration des nouvelles technologies du numérique dans les processus d’innovation de produits et/ou de services. En un mot, la transformation des métiers crée elle aussi des tensions sur le marché du travail. La formation aux outils numériques doit donc trouver sa place dans la plupart des formations professionnalisantes.

De plus, la Région bruxelloise concentre un grand nombre de postes de travail aux exigences linguistiques élevées. L’apprentissage des langues doit rester présente au cœur des dispositifs d’accompagnement des chercheurs d’emploi, et dans les programmes de formation professionnelle en incluant des modules orientés métiers.

Incertitudes quant aux conséquences réelles de la crise

La crise sanitaire a surtout eu pour conséquence le recours au chômage temporaire et au droit passerelle. Il est donc normal que l’incidence sur le chômage classique ait été plus limitée. Le recours au chômage temporaire ayant permis aux entreprises d’éviter les licenciements massifs.

84% veulent améliorer le bien-être animal

Photo réunissant plusieurs animaux de compagnie : chien, chat, hamster, iguane, oiseau, lapin

Bernard Clerfayt, ministre bruxellois du bien-être animal, veut moderniser les lois qui assurent le bien-être des animaux. Objectif : faire évoluer une législation vieille de 35 ans.

La première étape est franchie : interroger les Bruxellois sur leurs attentes et leur rapport aux animaux. 84% des répondants à la consultation sur base volontaire lancée l’été dernier, estiment que l’on peut encore améliorer la protection des animaux. 2.135 personnes ont répondu à l’enquête, soit en ligne, soit en déposant un formulaire papier dans l’une des 18 communes partenaires.

Listes positives et stérilisation

83% des répondants approuvent l’existence de listes positives, limitant le nombre et le type d’espèces qui peuvent être détenues. Ces listes fixent aussi les conditions de détention des animaux. Actuellement il existe une liste pour les mammifères et les reptiles. Les listes d’oiseaux, de poissons et d’amphibiens sont en cours d’élaboration.

Si la législation actuelle impose uniquement la stérilisation des chats, 47% des sondés sont favorables à l’extension de l’obligation de la stérilisation à d’autres espèces, notamment les chiens, les lapins et les pigeons.

Limiter l’achat impulsif d’animaux

70% souhaitent que la vente d'animaux en animalerie soit interdite et 80% sont contre la publicité sur les réseaux sociaux.

Toujours dans l’optique de limiter les achats impulsifs, 70% des répondants souhaitent que la vente d’animaux en animalerie soit interdite. Et 80% sont contre la publicité sur les réseaux sociaux.

Les conditions de l'abattage

71% des répondants soutiennent l’imposition d’un étourdissement préalable à tout abattage. Et 85% souhaitent aller plus loin en étendant cette pratique aux homards, crabes ou écrevisses.

Un permis de détention et une meilleure protection contre les maltraitances

80% des répondants jugent que les sanctions sont insuffisantes. Ils souhaitent non seulement interdire la détention d’animaux pour les propriétaires coupables de maltraitance animale et certains proposent même d’imposer des « travaux d’intérêt animalier ».

« Près de 100 répondants ont indiqué spontanément l’instauration d’un permis de détention, après une formation ou un examen. Il n’est donc pas question de mettre en place un permis à la wallonne qui serait délivré automatiquement à tout le monde. Par contre, pour que cela ait du sens, j’envisage de limiter ce permis à certaines espèces qui ont des besoins spécifiques tels que les nouveaux animaux de compagnie qui ont de plus en plus la cote auprès des Bruxellois », déclare Bernard Clerfayt.

Plus d’espaces de liberté pour chiens

La dernière partie du questionnaire consistait en une « boîte à idées ». Parmi les propositions le plus souvent revenues, on retrouve la création d’espaces de liberté pour chiens, l’interdiction d’utilisation des colliers électriques et de vente d’animaux vivants sur les marchés. La mise à disposition d’abris pour les animaux détenus à l’extérieur ou la mise en place d’un permis de détention figurent aussi parmi les suggestions.

La plus grande réforme en matière de bien-être animal

L’élaboration du Code bruxellois est donc bel et bien lancée. L’objectif est d’adopter ce nouveau code en première lecture d’ici la fin de l’année.

« Cette consultation des Bruxelloise sur base volontaire, mais aussi celle des secteurs en lien avec le bien-être animal, permettront de faire naître un Code bruxellois du bien-être animal équilibré. D’autant que ce Code constituera la plus grande réforme menée en matière de bien-être animal », conclut Bernard Clerfayt.

Le rapport de consultation citoyenne en quelques chiffres

Vers des alternatives pour gérer la surpopulation des pigeons en ville

Pigeons sur une place publique en ville

Les députés bruxellois s’exprimeront ce jour sur une proposition d’ordonnance visant à mettre un terme à la capture et à la mise à mort des pigeons. Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal, soutient la proposition et souhaite en finir avec cette pratique cruelle et peu efficace. L'objectif est d'encourager les alternatives pour gérer la surpopulation des pigeons en ville.

Les nuisances de la surpopulation

Nuisance sonore, fientes dont l’acidité dégrade les matériaux, bris de matériel, plumes qui bouchent les gouttières, maladies, etc. La surpopulation des pigeons en milieu urbain peut causer de nombreux dégâts.

Le piégeage n’est pas la solution

« En 2019, Natagora a rédigé un rapport sur la problématique des pigeons en ville. On y lit notamment que la capture des pigeons est une solution à court terme peu efficace et peu éthique. En effet, les jeunes vont remplacer les vieux qui ont été capturés », rappelle Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

Certaines entreprises, comme la législation le permet jusqu’à présent, procèdent donc à des opérations de dépigeonnisation. Les oiseaux sont ainsi capturés dans des cages et ensuite mis à mort, généralement par gazage. Mais cette pratique soulève quelques problèmes. Le personnel ne relève pas toujours les cages à intervalles réguliers de sorte que les animaux meurent de faim et de soif (outre le stress du piégeage). Cette méthode de piégeage est non sélective et peut mener à la mort d’espèces protégées comme le pigeon ramier.

Pour d’autres méthodes plus efficaces et moins cruelles

Les députés bruxellois devraient donc voter ce vendredi 4 février une proposition d’ordonnance visant à un mettre un terme à cette pratique. D’autant qu’il existe d’autres méthodes, plus efficaces et moins cruelles, prônées par Natagora.

La première d’entre elle, arrêter de nourrir les pigeons en donnant des graines ou du pain sur la voie publique. Cela accélère la prolifération des pigeons mais attire également d’autres nuisibles tels que les rats. Mettre en place des pigeonniers contraceptifs où les œufs sont retirés du nid et remplacés par des œufs fictifs ou encore distribuer des graines contraceptives.

Gérer la surpopulation des pigeons en ville

« S’il est intéressant de s’informer sur les pratiques développées par chaque commune pour lutter contre la prolifération des pigeons, il apparait essentiel de coordonner et harmoniser l’action des communes. Le pigeon ne connaît pas les frontières communales et reporter la problématique sur les communes voisines n’a strictement aucun sens. L’enquête AWI-BRU en cours nous permettra de déterminer un plan d’action pour une gestion respectueuse et efficace de la population de pigeons. », conclut le Ministre bruxellois.

Droit animalier : 300 pages d’analyses juridiques et sociétales

Idéogramme des actes du colloque en droit animalier "De la domestication à la protection"

Les actes du colloque en droit animalier « De la domestication à la protection – Quelle évolution du droit dans le rapport homme/animal ? » du 28 septembre 2021, sont désormais à la disposition des juristes et de tous les citoyens préoccupés par le bien-être animal. Document disponible en téléchargement ici (pdf).

Une initiative de la Région bruxelloise

Consacrée au lien unissant l’homme à l’animal dans une perspective comparée au regard du droit français, cette journée fut organisée par la Région bruxelloise en collaboration avec la Société de Législation Comparée et la Fondation européenne pour le droit du vivant. Les orateurs du colloque publient dans ces actes, des contributions essentielles à l’avancée des connaissances et à l’échange des approches juridiques. Ces réflexions et constats posés ne manqueront pas d’enrichir de travail actuellement en cours : l’élaboration du code bruxellois du bien-être animal.

Rapide tour d’horizon

Quel statut juridique pour l’animal ? Qu’en est-il du droit d’appropriation ? Quel rôle et quelles responsabilités pour la gouvernance et les institutions ? Les orateurs du colloque abordèrent des sujets proches des réalités de terrain : la répression de la maltraitance, l’inspection vétérinaire, la médiation animale comme activité économique, etc.

Le droit animalier au cœur des enjeux sociétaux

Plusieurs mois de travail et de réflexions sur le thème du droit animalier et sur la place accordée à l’animal au sein de notre société moderne ont permis la tenue de ce colloque dédié au droit animalier.

Sujet d’actualité et préoccupation pour bon nombre des citoyens, le thème du bien-être animal se décline au travers des textes législatifs et des analyses du droit animalier. Le droit régissant le rapport homme-animal comme le droit des animaux, sont au centre de changements sociétaux majeurs.

La place de l’animal et notre rapport au vivant évoluent et font l’objet de préoccupations croissantes. Depuis 2018, la loi précise d’ailleurs : « un animal est un être vivant doué de sensibilité, de propres intérêts et d’une propre dignité, qui bénéficie d’une protection particulière. » De bonnes pratiques se mettent en place alors que notre rapport au vivant ne cesse d’évoluer.

Visionner les conférences des orateurs du colloque franco-belge dédié au droit animalier :